A la FFF, c'est compliqué d'avoir un interlocuteur !
Le siège de la FFF. (Photo Jérôme Bouchacourt)

Comme c’était à prévoir, la FFF a répondu au bout du délai maximum prévu par le CNOSF… en refusant la proposition de conciliation.

« Je ne vais pas dire que je ne m’y attendais pas ! » Jacques Colombani n’était pas spécialement déçu ce vendredi lorsqu’il a reçu le mail signé Jean Lapeyre, directeur-adjoint de la FFF. Un courriel très laconique qui est exactement le même que celui envoyé à l’US Charitoise le 13 août dernier… qui indique que le Comité Exécutif de la FFF a pris la décision de refuser la conciliation du CNOSF de réintégrer le club en National 3.

Le 20 septembre, le CNOSF avait en effet estimé « que seule l’ordonnance de référé du tribunal administratif de Bastia du 19 juillet 2019 pouvait s’imposer à lui et que la fédération ne pouvait réglementairement omettre d’en tirer les conséquences et a contrario y substituer celles résultant de la décision de l’une de ses propres commissions ».

S’il est indéniable que ce Comex a été fait de manière électronique, aucun procès verbal n’a encore une fois été joint au mail envoyé au club. Et il faudra attendre quelques semaines avant qu’il soit effectivement publié sur le site de la FFF. Cela ne va néanmoins pas empêché l’USC Corte de saisir une nouvelle fois le tribunal Administratif… mais l’urgence ne sera peut-être plus la même qu’au mois de juillet étant donné que le championnat comptera six journées en comprenant celle de ce week-end.

Mais cela pose encore une fois le problème des délais de réponse de la FFF dont joue à chaque fois le service juridique… qui, en plus, ne répond que très rarement aux clubs concernés comme en témoigne tous les présidents qui ont tenté leur chance. Pas terrible…

PARTAGER