Combaret - Ennjimi
Le torchon brûle depuis plusieurs mois entre Christian Combaret (à gauche) et Saïd Ennjimi (à droite). (Photo LFNA)

A partir de ce midi, les clubs de Nouvelle-Aquitaine vont pouvoir choisir leur futur président. Mais la campagne aura été tendue entre les deux candidats.

A l’approche des élections, ces dernières semaines ont été tendues dans la Ligue de Nouvelle-Aquitaine. le président Saïd Ennjimi a du faire face aux multiples attaques de son président délégué Christian Combaret qui se présente face à lui. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce dernier n’a pas beaucoup parlé de son programme.

Lors d’un débat organisé entre les deux candidats sur NA Radio (à revoir en intégralité ci-dessous), ce fut une foire d’empoigne avec de multiples accusations du challenger. Footamateur.fr a d’ailleurs été cité puisque Christian Combaret nous avait envoyé des documents en septembre 2019, notamment une lettre qui accusait Saïd Ennjimi « de se mettre de l’argent dans la poche » avec les services civiques ou encore le contrat Nike. Même si celui-ci a nié nous avoir fait passer ces documents dans l’émission de nos confrères.

Nous avions alors étudié les documents fournis et ces accusations n’étaient aucunement étayées. Aucune malversation financière n’a pu être prouvée. Mais quelques semaines après l’envoi de ce mail, une plainte contre X a été déposée pour « escroquerie, abus de confiance, abus de biens sociaux et détournements de fonds ». Drôle de coïncidence.

Christian Combaret nous avait aussi envoyé un article de La Charente Libre intitulé « Foot : les combiens du président ». Le quotidien charentais avait d’ailleurs publié plusieurs articles sur Saïd Ennjimi – « Les drôles de feintes du président de la Ligue » … « Les services gratuits de la société du président de la Ligue facturés 15 000 € » – à propos desquels nous avions rétabli quelques vérités. Ce qui nous avait valu la colère de son rédacteur en chef, qui avait peu goûté à cette mise au point.

Mercredi dernier, La Charente Libre a de nouveau publié une double page avec de nouvelles accusations contre le président de la Ligue de Nouvelle-Aquitaine. « Ce sont vraiment des articles à charge qui sortent bizarrement juste avant l’élection » nous a confié un autre président de Ligue, très étonné du timing. Des articles qui ont d’ailleurs été envoyés par Christian Combaret à plusieurs de nos confrères, comme l’a indiqué La Nouvelle-République ce jeudi.

Des accusations non fondées ?

Parmi les nombreux griefs envers Saïd Ennjimi, le quotidien charentais indique que la Ligue est accusée « d’orienter les appels d’offres des terrains synthétiques vers son partenaire via un chantage à la subvention ». Nous nous sommes procurés les dossiers traités par chaque Ligue dans le cadre du Fonds d’Aide au Football Amateur (FAFA). En Nouvelle-Aquitaine, la société Art-Dan n’a eu que six chantiers de terrains synthétiques sur les vingt-et-un mis en œuvre.

Concernant les quinze autres terrains synthétique construits et en cours de construction où les collectivités n’ont pas choisi le partenaire de la Ligue, le FAFA n’a pas été sollicité sur cinq dossiers. 228 700 euros ont été débloqués pour trois dossiers alors que 250 000 euros sont en attente d’acceptation par la Ligue de Football Amateur pour quatre autres dossiers. Il n’y a donc pas de chantage à la subvention puisque les dossiers sont instruits quel que soit le prestataire choisi.

Le quotidien charentais accuse aussi Saïd Ennjimi de « petit coup de pouce entre amis » pour avoir choisi Foot Limoges Equipement (FLE) plutôt qu’Intersport comme distributeur au motif que l’expert comptable de FLE est une des sociétés du président de la Ligue. A la lecture des deux dossiers fournis par les prestataires lors de l’appel d’offre, il s’avère que l’instance régionale a simplement choisi celui qui proposait la meilleure réduction sur le catalogue Nike (40% contre 35%) mais aussi une dotation en matériel plus importante pour la Ligue.

C’est une drôle de campagne où le terrain n’aura pas souvent été cité, Christian Combaret préférant jouer le dénigrement et l’attaque frontale envers Saïd Ennjimi. C’est désormais aux clubs de se faire une opinion puisque les votes ont débuté ce vendredi midi et se poursuivent jusqu’à samedi midi.

PARTAGER