La D2 féminine a aussi le feu vert pour une reprise

D2F
Les clubs de D2 féminine vont reprendre leur championnat. (Photo Guillaume Moinel - LGEF)
Bannière stages Louza

Après le National 2, c’est au tour de la D2 féminine d’avoir le feu-vert du Ministère des sports pour une reprise prochaine.

C’est une vraie victoire pour le football féminin. Si la coupe de France est toujours en suspens, la Fédération Française de Football a obtenu le feu vert pour que la Deuxième division puisse repartir. La demande était fréquente de la part de l’instance fédérale ces dernières semaines mais le Ministère freinait des deux fers, comme nous vous l’avions expliqué.

Mais c’est enfin officiel ! « À la suite de l’accord du ministère des Sports, la Fédération Française de Football est heureuse d’annoncer la reprise de la D2 Féminine, indique le communiqué de la FFF. Les équipes engagées dans ce championnat féminin sont autorisées à reprendre les entraînements collectifs au-delà de 18h, sur dérogation et dans le respect du protocole sanitaire d’entraînement. »

Comme pour le National 2, la suite de la compétition « consiste à terminer la phase des matches aller puis à constituer une poule d’accession et une de maintien pour les matches retour (…) le championnat reprendra le dimanche 18 avril et s’achèvera le dimanche 27 juin, si la Coupe de France féminine obtient prochainement un visa de reprise des autorités gouvernementales. »

Le protocole sanitaire de la D2 Féminine en détail

  • Tous les matches se dérouleront à huis clos ;
  • Lien étroit avec les Agences Régionales de Santé (ARS) et application stricte de leurs décisions lors de cas positifs et/ou de cas contacts ;
  • Tests PCR obligatoires (24h00 avant chaque match) ;
  • Présence d’un délégué FFF sur chaque match ;
  • Présence d’un médecin jour de match pour contrôler les tests PCR négatifs ;
  • Référent COVID dans chaque club ;
  • Limitation stricte des accréditations aux personnes ayant une fonction opérationnelle essentielle à l’organisation du match ;
  • Renforcement des dispositifs d’hygiène individuels et collectifs.
SHARE