Kévin Testud a marqué dix buts en National la saison dernière. (Photo Lisa Paquereau)

Porté par une excellente saison dernière sous les couleurs de l’AS Béziers, Kévin Testud a rejoint Bourg-Peronnas cet été. Entretien avec l’attaquant de 28 ans.

Comment se déroule cette préparation estivale ?

« Très bien, nous avons un peu plus de temps que d’habitude pour nous préparer. C’est assez difficile après le confinement et ma blessure du début d’année, mais cela fait également énormément de bien. »

Le confinement a été une période délicate pour les sportifs professionnels…

« C’est clair. Tu es content les deux ou trois premières semaines car cela te permet de lâcher un peu. Après, au bout d’un moment, tu pètes les plombs car tu n’as qu’une seule envie en tête, c’est d’être sur un terrain à jouer au football. D’autant que je sortais d’une belle saison, je n’avais pas envie de m’arrêter comme cela. »

Après une première saison difficile à Béziers, en 2015-2016, vous avez été très inspiré l’année dernière. Comment expliquez-vous cette évolution ?

« Je pense que c’est le mental. Le fait de retourner à Sète m’a fait du bien, cela m’a remis un peu la tête sur les épaules. J’étais monté assez vite de DH en CFA, puis en National. Peut-être qu’à ce moment-là, je m’étais dit que ce serait facile. Quand je suis arrivé dans un groupe avec beaucoup de qualités, je me suis très vite aperçu qu’il fallait encore plus bosser. Le problème, c’est que je n’étais pas dans cette optique. C’est pour cela que mon deuxième passage à Sète m’a énormément apporté, Nicolas Guibal m’a fait beaucoup progresser. »

C’est une histoire de confiance ?

« Quand les coachs te font confiance et que tu te sens plus intelligent sur un terrain, c’est tout de suite plus simple. Je suis devenu plus calme avec le temps. Après, il ne faut pas oublier le facteur confiance qui est également très important. Quand tu commences à marquer un but, deux buts, trois buts, tu te sens bien mieux sur le terrain et dans tes choix. »

« Je prends beaucoup de plaisir ! »

Malgré votre grosse saison (10 buts), l’ASB descend finalement en N2. Est-ce un regret ?

« Oui, c’est une grosse déception. J’apprécie les gens que j’ai connu à l’ASB, je n’oublie pas que le club m’a fait confiance. J’ai toujours voulu leur montrer qu’ils ne s’étaient pas trompés. J’ai eu raison de revenir, de prouver que je pouvais mieux faire que lors de mon premier passage. »

Vous découvrez cette saison un nouveau coach : Karim Mokeddem. Comment vivez-vous ces premières semaines de travail à ses côtés ?

« Très bien, je prends beaucoup de plaisir. Il y a pas mal de changements par rapport au football que j’ai connu à Sète et Béziers, qui était davantage axé sur le pressing, la transition, la solidité défensive. À Bourg-en-Bresse, ce n’est que du jeu. Même si tu fais autant d’efforts dans le pressing et la transition, le football est à la base de tout. Avec le coach Mokeddem, tu n’as pas le droit de tricher, tu dois toujours être à fond. Son style de jeu me convient parfaitement. »

Votre statut sera différent après votre belle saison dernière…

« Pour le moment, je ne ressens rien de tout cela. Nous avons un groupe qui s’entend super bien, où tout le monde est à égalité. Cela me fait penser à l’équipe que l’on avait il y a trois ou quatre ans à Sète. »

« L’Angleterre et l’Espagne m’attirent beaucoup »

À 28 ans, quel est votre rêve dans le football ?

« Quand j’étais gamin, c’était d’être footballeur professionnel. Ce rêve, je l’ai accompli la saison dernière à Béziers. Je vis au jour le jour, je prends ce qui est à prendre, même si je ne cache pas que j’espère jouer en Ligue 2 et pourquoi pas en Ligue 1. Aujourd’hui, j’ai un objectif, c’est de monter en Ligue 2 avec Bourg. Je sais que nous en avons les moyens, c’est tout ce que je souhaite aujourd’hui. Les saisons passent très vite, surtout quand elles ne vont pas à leur terme. J’ai 28 ans, je n’ai plus de temps à perdre. »

Une expérience à l’étranger pourrait-elle vous tenter à l’avenir ?

« Oui, c’est quelque chose qui peut vraiment me plaire. Nous verrons plus tard, mais c’est clair que l’Angleterre et l’Espagne m’attirent beaucoup. »


Que peut-on vous souhaiter pour cette saison 2020-2021 ?

« Mon objectif est simple, c’est de monter en Ligue 2 avec Bourg et de continuer à être décisif. » 

PARTAGER