PITROIPA Jonathan (Paris FC)
Jonathan Pitroipa a fini sa carrière sous le maillot du Paris FC. (Photo Philippe Le Brech)

Quatre mois après avoir annoncé l’arrêt de sa carrière, Jonathan Pitroipa va rechausser les crampons avec l’Espérance de Chartres-de-Bretagne.

« Toute bonne chose a une fin et je ne fais pas d’exception. Je voudrais ici par ce message annoncer à tous mes fans que pour des raisons personnelles, j’ai décidé de mettre fin à ma carrière professionnelle. » Le 28 février dernier, Jonathan Pitroipa annonçait sur Twitter qu’il en avait terminé avec le football professionnel. A 35 ans, l’ex-attaquant d’Hambourg SV et du Stade Rennais restait sur deux saisons et demie au Paris FC en Ligue 2 avec seulement trois buts en 69 matchs.

Quatre mois plus tard, l’international burkinabé (79 sélections) a décidé de s’investir à l’Espérance de Chartres-de-Bretagne, club de Régional 1 au sud de Rennes. « Son fils est avec nous depuis quatre ans, c’est quelqu’un de très abordable avec beaucoup d’humilité, souligne Paul Giraud, le président chartrain. On s’est rencontré à plusieurs reprises et cette discussion est venue naturellement. C’est une belle opportunité car nous avons une équipe jeune. »

Jonathan Pitroipa a joué trois saisons au Stade Rennais. (Photo Philippe Le Brech)

Jonathan Pitroipa veut « faire grandir le club »

Jonathan Pitroipa va donc renforcer la formation entraînée par Yannis Le Dorse. « J’habite à Rennes depuis un moment, j’emmène mon fils aux entraînements, a précisé l’attaquant dans Ouest France. Le président m’a convaincu de mettre mon expérience au service de l’équipe pour faire grandir le club. Cela me permet de continuer à faire du sport. Je reviens pour prendre du plaisir, car dans ma tête le foot c’était fini. »

Outre l’aspect sportif, cette arrivée est un vrai coup de projecteur pour l’Espérance de Chartres-de-Bretagne. « Ça booste forcément tout le club, se réjouit Paul Giraud. Il faut se rappeler que nous étions en Régional 3 il y a six ans avec pas mal de difficultés. Puis on a pris le temps de monter vrai projet. On est passé de six à vingt-cinq éducateurs et nous avons deux salariés. »

Avec 485 licenciés la saison dernière, son club en a gagné un quart en six ans. Le club s’appuie notamment sur la méthode Coerver qui permet notamment le développement des qualités individuelles et du jeu en petit groupe. Avec des ambitions nouvelles ? « On est bien sûr ambitieux mais toujours avec beaucoup d’humilité » conclut le président chartrain.

SHARE