Ils sont la « voix » des clubs amateurs : découvrez les Community Managers

Bannière stages Louza

Les « animateurs de communauté en ligne », plus couramment appelés « Community Manager » ou « CM », sont devenus des acteurs à part entière du sport, professionnel comme amateur, lien désormais essentiel entre les clubs et les supporters. A l’occasion de la création du « Collectif des Community Manager des clubs de Football », que vous pouvez suivre sur Twitter sur @CMduFootball, nous avons pu échanger avec les CM de l’Aviron Bayonnais (+ Baiona FC), de l’US Breteuil, des Voltigeurs de Chateaubriant, du FC Sainte Foy-lès-Lyon, du FC Isneauville, du Vannes OC et du Moulins Yzeure Foot. Ils nous ont parlé de leur parcours, de leur quotidien et de leur vision de ce métier, devenu encore plus important avec la crise sanitaire.

Pour commencer, pouvez-vous tout simplement déjà nous dire ce qu’est un CM, et plus particulièrement un CM dans un club de football amateur ?

Margot Loustau (Aviron Bayonnais + Baiona FC) : C’est faire exister notre club sur Internet, être actif sur les réseaux, créer le lien entre tous les acteurs du club, que ça soit l’entité que l’on représente/ses partenaires/ses supporters, entretenir un sentiment d’appartenance en étant au plus proche des gens qui nous suivent… Notre téléphone est le prolongement de notre main, on doit être à l’affût et réactif !

Jérémy Douez (US Breteuil) : Le Community manager entretient la relation avec les publics concernés par le club en interne, mais essaie aussi d’élargir les relations interclubs. Il centralise les informations de communication interne et a un rôle qui s’apparente à un responsable communication. Dans les petits clubs, en général il s’occupe également de préparer les visuels, faire des photos pour améliorer la qualité de la communication, l’illustrer. A la recherche d’idées, il essaie de bien cibler les publics de ses réseaux sociaux et essaie d’améliorer ses techniques de communication. Personnellement, je m’appuie aussi pas mal sur notre site web, pour centraliser des informations consistantes et partager les articles créés.

Lucas Laloyer (Voltigeurs Chateaubriant) : En tant que CM je suis chargé de m’occuper de la gestion des réseaux sociaux, la création de publication, la création d’article sur le site internet du club, de story pour Instagram… Nous sommes une équipe de 4 membres au sein du club pour gérer toute la partie communication.

Alexandre Jay et Robin Pical (FC Sainte Foy-lès-Lyon) : Tout d’abord, le rôle du CM est de faire le lien entre le club et ses suiveurs. Pour cela, il partage l’actualité du club, crée de nouveaux concepts, des jeux, afin de renforcer le lien affectif entre tous les membres proches ou lointains du club. Donc le CM doit être une personne proche du club, avec de l’humour et un sens du relationnel.

Yvain Nibeaudo (FC Isneauville) : Un Community Manager est une personne en charge de la communication dans un club. Notre rôle est d’être capable, grâce aux moyens mis à nos disposition, d’offrir à notre club une vitrine sur les réseaux sociaux. En fonction du club, il y a plus ou moins de moyen mis à la disposition de la section Communication. C’est un rôle passionnant qui demande de la créativité, une connaissance des réseaux sociaux, une maîtrise des logiciels et sites de montage photo et vidéo et surtout beaucoup de temps. Heureusement, aujourd’hui, dans notre monde numérique, nous avons la chance de bénéficier de beaucoup de sites ou logiciels simple d’utilisation qui nous permettent de mettre en place de superbe publication agréable à lire.

Orlane Sainty (Vannes OC) : Un Community Manager est « la voix », le porte-parole du club dans lequel il travaille à travers et sur les réseaux sociaux. Il doit avant tout communiquer, informer ses partenaires, supporters… de l’actualité du club, de ce qui s’y passe pendant et en dehors des matchs, en « inside ». Je trouve qu’il est également important de créer un lien social entre les différentes entités que peut avoir et toucher un club. Communiquer permet d’apporter de la visibilité au club via des partages, interactions et échanges de contenus entre internautes. Le but d’un CM est aussi d’instaurer une relation avec ses publics basée sur l’échange, le partage, la convivialité, l’interactivité le tout en créant de l’engagement, de la fidélisation de son public et en essayant d’acquérir de nouvelles cibles, ce qui dans le football amateur est d’autant plus important. Il se doit également de constamment veiller sur son club à travers l’e-réputation, de garder un œil sur les tendances des réseaux sociaux, de ce qu’il se passe dans son secteur d’activité (en l’occurrence le football dans sa généralité en ce qui nous concerne).

Guillaume Attia (Moulins Yzeure Foot) : Alors un CM doit assurer le lien entre les joueurs et les supporters. Trouver des idées originales ou non pour divertir les gens et leur donner envie de nous suivre. Relayer aussi les informations de nos partenaires, car sans eux, le club n’existerait pas. En gros, assurer la communication entre les différentes parties, et être toujours à la recherche de nouvelles idées.

Comment êtes-vous devenus Community Manager ?

Margot Loustau (Aviron Bayonnais + Baiona FC) : J’ai mis les pieds dans le foot avec la photo, alors quand j’ai commencé à l’Aviron Bayonnais FC c’était en tant que photographe. Le président connait mon travail et me fait confiance, alors il m’a proposé le poste de CM l’été dernier ! J’apprends sur le tas, c’est un métier passionnant, on a toujours de nouvelles choses à découvrir et d’idées à lancer, pas le temps de s’ennuyer !

Jérémy Douez (US Breteuil) : D’abord accompagnant papa de mon plus grand garçon, entrant en U9, j’ai un jour amené l’appareil photo avec moi et fait quelques clichés. En regardant de plus près le seul réseau social du club (facebook), j’ai décidé de proposer mes photos qui n’avaient rien à voir avec celles publiées provenant d’un smartphone. Les personnes en charge de la communication étaient ravies et de fil en aiguille, j’ai intégré un groupe et j’ai suivi mes enfants, mais aussi une bonne partie du club, les stages, matchs etc… Ensuite, étant informaticien de profession, j’ai revisité le site, repris la main au fur et à mesure pour proposer du contenu. En 2019, le comité directeur m’a demandé si je souhaitais l’intégrer en tant que responsable communication, ce que j’ai accepté. Depuis, je suis assimilé à un « CM », et j’ai lancé le compte twitter, instagram, tiktok (bien que pas actif réellement). J’ai un peu de temps, travaillant à mi temps pour des raisons de santé, donc j’en profite pour aider le club.

Lucas Laloyer (Voltigeurs Chateaubriant) : Je suis devenu CM en proposant tout simplement mes services au club de ma ville, je ne pensais pas recevoir de réponse favorable mais à ma grande surprise j’ai été accepté ! 🙂

Alexandre Jay et Robin Pical (FC Sainte Foy-lès-Lyon) : On avait fait le tour de tous les postes au club, on commençait à s’ennuyer. Plus sérieusement, on commençait à voir l’essor des réseaux sociaux au niveau des clubs, alors en janvier 2018, on a décidé de lancer l’idée à nos dirigeants, qui nous ont laissé quartier libre. Et donc on s’est formé sur le tas au métier de CM! Ça nous a plu, ils nous font confiance et tout se passe bien !

Yvain Nibeaudo (FC Isneauville) : Je suis éducateur dans un club de D2 Matin, le Isneauville Football Club. Il y a deux ans, j’ai mis en avant l’importance d’avoir une présence sur Facebook, mon président à suivi l’idée, et me voici devenu le CM de mon club. Rien de très glorieux, de la motivation, du soutien et une bonne dose de passion et l’histoire est lancée.

Orlane Sainty (Vannes OC) : J’ai fait une demande stage au Vannes Olympique Club avec l’idée de devenir Journaliste Sportif. Je souhaitais notamment rédiger des articles pour alimenter le site internet du club. À la fin de mon stage, le club a souhaité me garder et m’a confié davantage de responsabilités jusqu’à la gestion totale de ses réseaux sociaux. C’est ainsi que je suis devenue Community Manager et c’est aussi ce qui a fait qu’aujourd’hui je m’oriente vers ce métier. Cela fait maintenant deux ans que j’occupe ce poste et je dois dire que c’est un réel plaisir au quotidien.

Guillaume Attia (Moulins Yzeure Foot) : De mon côté, cela fait 6 ans maintenant que je tiens une page sur les réseaux pour parler du football dans mon département où je réalise des interviews, portraits, jeux … Et j’avais des connaissances au club donc ils m’ont proposé de tenir ce rôle en Octobre dernier, j’ai bien sûr accepté !

Sous quels liens travaillez-vous avec vos clubs ? On imagine que les contrats diffèrent selon le niveau et les moyens du club…

Margot Loustau (Aviron Bayonnais + Baiona FC) : Pour ma part, le club est en N3, et je suis en CDI, mais ce n’est malheureusement pas mon activité principale. Je travaille aussi comme photographe bénévole avec un autre jeune club de la ville, le BaionaFC, qui joue en District. Il y a forcément des différences de budget selon le niveau !

Jérémy Douez (US Breteuil) : Je suis bénévole dans un club amateur en Régionale 2 avec plus de 300 licenciés.

Lucas Laloyer (Voltigeurs Chateaubriant) : Il existe plusieurs contrats comme dans chaque métier. Aujourd’hui, je suis simplement bénévole au sein de mon club mais dans les clubs pro les CM sont tous sous contrat.

Alexandre Jay et Robin Pical (FC Sainte Foy-lès-Lyon) : Pour nous, dans un petit club comme le FCSF, nous faisons cela bénévolement, par pur plaisir. Après des années au club, nous voulions rendre tout ce qu’ils nous avaient donné.

Yvain Nibeaudo (FC Isneauville) : Tout à fait ! J’ajouterais qu’il y a aussi la vision des dirigeants du club sur l’importance d’avoir une vitrine. Tous le monde n’est pas d’accord même si aujourd’hui une bonne communication apparaît de plus en plus importante !

Orlane Sainty (Vannes OC) : L’équipe première du Vannes Olympique Club évolue en quatrième division du football français soit en National 2. J’exerce mon travail de Community Manager en tant que bénévole.

Guillaume Attia (Moulins Yzeure Foot) : Oui, cela dépend surtout des budgets des clubs. Certains sont en CDI, mais en amateur cela se fait rare tout de même. Beaucoup font cela bénévolement.

En quoi votre rôle a évolué depuis la crise sanitaire ?

Jérémy Douez (US Breteuil) : La communication a pris un rôle important : il faut prévenir, rassurer les parents, les joueurs. Il faut être réactif et viser un public large. Il a fallu aussi animer les réseaux pendant le premier confinement surtout avec des jeux. Parfois, nous avons du mal à capter l’attention des gens, le peu existant, j’essaie de le couvrir avec des photos, chose que les parents et joueurs aiment. Le but est de garder le contact avec les licenciés et essayer d’amener de nouvelles personnes autour de notre club, malgré les circonstances.

Lucas Laloyer (Voltigeurs Chateaubriant) : Depuis la crise sanitaire nous avons dû nous adapter, surtout lorsqu’il n’y avait pas de match car nous avions plus de contenu à poster.. Donc nous avons mis en place des jeux pour faire participer nos abonnés et garder un lien avec eux.

Alexandre Jay et Robin Pical (FC Sainte Foy-lès-Lyon) : Alors c’est le premier confinement qui a été un “tournant” pour nous. On avait déjà quelques idées pour changer nos formats classiques et aller plus loin dans les publications et projets. Donc le premier confinement nous a permis de les développer, commander du matériel, faire de nouveaux concepts, même à distance. On a lancé l’idée d’interviews, de challenge au sein des joueurs et coachs. Par la suite, on élaboré des concepts plus gros, ce qui nous a permis de mettre notre rôle et travail en avant. Mais depuis l’arrêt d’octobre, ça commence à être long pour trouver et poster des publications originales ! De plus, on est aussi étudiant et avons d’autres projets à coté.

Yvain Nibeaudo (FC Isneauville) : En effet, c’est une sacrée période qui demande à chacun d’entre nous de nous réinventer dans notre manière de communiquer. L’absence de match a entraîné une chute drastique des raisons de communiquer, pour nous, c’était 75% de notre communication qui n’avait plus lieu d’être. Lors du premier confinement, j’ai cessé toute communication ne sachant pas quoi faire. Le contact a été privilégié avec les jeunes par sms à travers des défis et ceux-ci nous les avons publiés sur notre groupe, nous nous sommes refermés sur nous. Par la suite, je me suis réinventé, j’ai mis en place de nouvelles idées qui nous permettais de communiquer. Lorsque les matchs reprendront j’aurais de quoi assurer une communication efficace sur nos réseaux. En attendant, je recherche toujours de nouveau moyen de mettre en place de nouvelles idées.

Orlane Sainty (Vannes OC) : Je ne pense pas que notre rôle a changé, il reste le même. Pour autant, nous avons dû réfléchir à ce que nous allions communiquer. En effet, l’arrêt des championnats bouleverse notre programme de communication et nous nous devions de rester actifs sur nos réseaux sociaux pour garder le lien établi avec nos supporters, partenaires et de continuer de les informer de ce qu’il se passe au club. Certes nos championnats sont arrêtés mais notre club continue de vivre.

Guillaume Attia (Moulins Yzeure Foot) : Et bien me concernant je suis arrivé le jour du dernier match de championnat, ensuite le championnat a été arrêté. J’ai vécu deux matchs de Coupe de France récemment mais c’est tout. Et il est vrai que c’est difficile de garder le lien car les gens ne peuvent pas venir au stade. Nous avions réussi à diffuser nos deux matchs de Coupe de France, à faire des jeux concours en faisant gagner des maillots, des Live Instagram, et cela a été très apprécié par les gens qui suivent le club.

Pouvez-vous nous décrire une journée-type (ou semaine-type) ?

Jérémy Douez (US Breteuil) : La semaine type : le soir, j’ai les infos des éducateurs sur les événements, planning, infos à transmettre, je planifie rapidement avec eux les publications. Je recherche des visuels, ou je programme un passage au stade pour faire quelques photos (en général, j’aime avoir de quoi illustrer). Ensuite, la création d’articles sur le site du club, sélectionner les visuels, créer un visuel original, une vidéo par exemple. La proposer en validation aux éducateurs et faire les ajustements. Enfin : communiquer au bon moment et aux bonnes personnes. En parallèle, scruter les actualités et les pratiques à travers la planète pour essayer de réagir et les mettre en avant.

Lucas Laloyer (Voltigeurs Chateaubriant) : Lorsque nous nous sommes déplacés en Coupe de France, les week-ends étaient chargés mais c’était pour moi les meilleurs week-ends, on partait le samedi midi, on dormait à l’hôtel le soir avant d’aller au match le lendemain après-midi. Ça a accentué les liens dans l’équipe, c’est incroyable !

Alexandre Jay et Robin Pical (FC Sainte Foy-lès-Lyon) : A la rentrée de Septembre, on s’était organisé pour tenir une cadence qu’on avait fixé durant l’été, malgré notre rythme d’étudiant. On avait programmé pour chaque jour et chaque réseau, une publication destinée au public présent. Lorsqu’on avait plus de temps, on faisait des formats plus travaillés, comme des vidéos YouTube, des interviews… Les formats classiques qu’on retrouvait chaque semaine était de l’actualité, des classements, des photos du week-end et tout ce qui tourne autour d’un club de foot. On mettait une publication originale par semaine (jeux…). Petit rituel : nous faisons régulièrement des réunions de travail entre nous Tic & Tac pour faire le point en fin de semaine, le dimanche soir à 22h (sauf match de l’OL).

Yvain Nibeaudo (FC Isneauville) : Ma semaine est rythmée par mon travail, mon rôle d’éducateur et celui de CM. Je n’ai pas une organisation définie de A à Z. Je travaille le lundi, mardi, jeudi et vendredi après-midi ainsi que le mercredi matin. Je suis régulièrement sur les réseaux sociaux, j’ai plus tendance à faire des montages en soirée et pour les idées, c’est un peu n’importe quand, ça me tombe dessus d’un coup parfois !

Orlane Sainty (Vannes OC) : Je ne suis pas présente au club tous les jours puisque je suis également étudiante et il est difficile de décrire une journée ou une semaine-type puisque chaque post dépend de l’actualité du club et du football et c’est aussi ce qui est passionnant et intéressant quand on occupe ce poste de Community Manager. Mais il y a tout de même des « routines de communication » qui s’installaient les semaines de match notamment. Par exemple, tous les jeudis je présentais en un tweet l’adversaire du week-end de l’équipe première du club et j’interviewais un de nos anciens joueurs, s’il y en avait un dans l’équipe adverse. Les vendredis il y avait notamment le programme de match de toutes les catégories du club et le groupe retenu par le coach pour le match de la National 2. Le samedi était la journée la plus chargée, d’autant plus quand l’équipe fanion jouait à domicile. J’alimentais les réseaux sociaux du club en allant un peu partout dans le stade avant que les joueurs de l’équipe ne commencent à s’échauffer. J’allais à la rencontre des bénévoles du club, les prendre en photo, les aider, leur poser quelques questions, apprendre à les connaître… Je trouve qu’il est important de les mettre en avant ; ils travaillent généralement « dans l’ombre » mais leur travail et leur contribution sont essentiels à la vie du club. Sans leur travail, l’accueil de nos supporters et partenaires au stade ne se ferait pas dans les mêmes conditions.
Quand l’équipe première allait commencer son échauffement, j’allais récupérer la feuille de match pour faire le montage graphique de notre onze de départ. Puis, j’allais alimenter nos réseaux sociaux par des posts écrits, des story et des photos prises de nos joueurs lors de l’échauffement. Ensuite place au match, au live tweet et aux montages graphiques. À la fin du match, j’allais généralement récupérer une réaction d’après-match auprès d’un de nos joueurs et j’assistais à la conférence de presse.
Le dimanche, j’essayais d’assister au match de notre équipe séniore féminine ou de notre équipe réserve. J’y prenais généralement des photos et postais les résultats des deux en fin de match.

Guillaume Attia (Moulins Yzeure Foot) : Alors je suis en temps plein dans un collège en tant que surveillant donc la plupart de mes tâches sont réalisées le soir en rentrant chez moi, après 18h00, ou le mercredi après midi et le week-end. Quand on est CM, il ne faut pas compter les heures !

Comment est né le projet de CM Du Football ?

Jérémy Douez (US Breteuil) : Guillaume Attia de Moulins Yzeure Foot a lancé l’idée sur twitter après avoir échangé avec quelques uns d’entre nous sur le malaise dans le foot amateur et la recherche de chacun à essayer de communiquer sur nos clubs. L’idée étant de se dire qu’on n’était pas morts et qu’il fallait faire parler du foot amateur. Le NOUS qu’il a proposé et qui se concrétise me convient très bien.

Lucas Laloyer (Voltigeurs Chateaubriant) : Le projet est né à l’initiative de Guillaume. Il avait simplement posté une publication sur Twitter afin de créer un groupe Whatsapp entre CM et ça a très bien fonctionné !

Alexandre Jay et Robin Pical (FC Sainte Foy-lès-Lyon) : On l’a rejoint au tout début mais nous ne faisons pas partie des membres fondateurs. Nous avons vu passer les premières publications sur Twitter et le projet nous a intrigué et fortement intéressé. En 1h, nous étions déjà très bien intégrés au projet.

Yvain Nibeaudo (FC Isneauville) : Tout le mérite en revient à Guillaume Attia, il a lancé un tweet pour inviter des CM à mettre en place un groupe de discussion afin de s’entraider et de s’inspirer du savoir faire de chacun. L’idée de créer une communauté plus officielle est né d’une idée qui est devenu réalité. On est tous des fonceurs, les idées viennent et prennent de l’ampleur rapidement !

Orlane Sainty (Vannes OC) : Personnellement, j’ai reçu une notification sur le compte du club pour intégrer un groupe de Community Manager afin de discuter ensemble de la communication que chacun faisait dans son club en cette période sanitaire particulière où nos championnats du football amateurs sont suspendus. J’ai rejoint ce groupe et l’idée de monter un projet est vite venue. Nous sommes désormais 45 à faire partie de ce groupe, dont 22 sont des membres très actifs.

Guillaume Attia (Moulins Yzeure Foot) : C’est simple, j’ai eu l’idée de créer un groupe de discussion au départ entre les CM de différents clubs afin que l’on puisse échanger et s’entraider dans cette période difficile pour tout le foot amateur. Et en échangeant, nous avons eu l’idée de lancer ce projet qui nous a tous convaincu, et qui ira loin j’en suis persuadé en alliant les différentes qualités de tous.

Combien ont répondu présent pour vous rejoindre, quels sont les niveaux des clubs représentés ?

Jérémy Douez (US Breteuil) : Je laisse Guillaume répondre à cette question, sachant qu’il est préférable pour lui qu’on en reste à moins de 50 … mais on va exploser ça, c’est certain !

Lucas Laloyer (Voltigeurs Chateaubriant) : Sur le groupe nous sommes une quarantaine, de tout niveau. Ça va du District au National 2.

Yvain Nibeaudo (FC Isneauville) : Aujourd’hui on est environ quarante CM du National 2 au District !

Guillaume Attia (Moulins Yzeure Foot) : Nous sommes déjà plus de 40 à prendre part à celui-ci, mais tous les jours nous avons des messages d’autres CM pour nous rejoindre. Le groupe de discussion est en ébullition, on aime communiquer donc on parle toute la journée ! Et ce qui est super intéressant, c’est qu’il y a des CM de clubs de N2, N3, régional, et même des CM de district, donc on apprend tous les jours ! Mais restons à moins de 50 personnes, autrement j’ai un gage…

Sans entrer dans le détail de vos projets quel est l’objectif du collectif sur le moyen terme ?

Jérémy Douez (US Breteuil) : Le but est de faire parler du foot amateur et de faire de bonnes actions. Les axes : faire graviter beaucoup de monde autour de notre communication au travers des projets en essayant de proposer du contenu attractif.

Lucas Laloyer (Voltigeurs Chateaubriant) : L’objectif principal, ça reste l’entraide. Dans la situation actuelle ça fait du bien de pouvoir se retrouver entre passionnés pour pouvoir échanger entre nous. Ensuite on a envie de faire parler du monde amateur qui jusqu’à maintenant n’est malheureusement pas pris au sérieux. Les premières annonces se feront rapidement.

Yvain Nibeaudo (FC Isneauville) : Je dirais que l’objectif principal est, pour chacun, de ressortir grandit en termes de communication. On est réuni pour découvrir de nouveaux outils de communication, s’inspirer de nouvelles idées et confronter nos idées et nos méthodes. Avant tout, il y a un vrai but d’apprentissage. Dans un second temps, nous avons tous une approche très humaine de notre sport alors si nous pouvons profiter d’un travail en commun pour aider les autres, nous le ferons !

Guillaume Attia (Moulins Yzeure Foot) : Le but est tout simplement de faire parler et de faire bouger le foot amateur, il mérite largement cela. Nous n’avons pas le chance aujourd’hui d’avoir de matchs, donc on veut s’unir pour montrer notre soutien et être solidaires tous ensemble. On compte travailler sur un projet en particulier pour le moment, d’autres verront peut être le jour bientôt. Mais sachez une chose, c’est que nous sommes déjà soutenu par beaucoup beaucoup de beau monde… Les premières annonces arriveront dans le mois d’avril…

Pour les suivre :
Facebook : CM du Football
Instagram : cm_du_football
Twitter : CMduFootball

SHARE