De nombreux salariés se plaignent du management de Florence Hardouin. (Photo @Footamateur.fr)

Au mois de septembre, des salariés de la Fédération Française de Football se sont plaints du management autoritaire de la directrice générale.

La rumeur était insistante depuis plusieurs mois dans les couloirs du 87 boulevard de Grenelle. Et L’Equipe a crevé l’abcès ce vendredi en étalant les problèmes rencontrés au sein de la Fédération Française de Football avec le management de Florence Hardouin, la directrice générale de l’instance fédérale.

Selon le quotidien sportif, treize directeurs sur les dix-sept que compte la FFF ont adressé un courrier à Noël Le Graët fin septembre afin de dénoncer « une ambiance délétère ». Un courrier qui aurait notamment été signé, selon L’Equipe, par Hubert Fournier (le directeur technique national), Pierre Samsonoff (directeur de la Ligue de football amateur), Kenny Jean-Marie (directeur de cabinet de Noël Le Graët), Emmanuel Orhant (directeur médical), Pierre-Arnaud Custody (directeur des Ressources Humaines) ou encore Marc Varin (directeur financier).

Le président de l’instance fédérale a même dû convoquer un comité directeur le 26 septembre afin de discuter de ce problème. D’après L’Equipe, il a demandé à l’ensemble des participants de s’exprimer puis à Florence Hardouin d’avancer ses arguments. Aucun procès-verbal de cette réunion n’est disponible… mais Noël Le Graët aurait réitérer sa confiance en sa directrice générale et tous ses directeurs.

Noël le Graët n’est pas prêt de lâcher Florence Hardouin.
(Photo @Footamateur.fr)

« Florence est clivante ! »

« C’est juste un problème de management avec les méthodes de Florence, nous a confié un habitué du Boulevard de Grenelle. Mais on ne peut pas lui enlever le travail qu’elle peut faire au quotidien. » A quel prix ? Dans un article du Parisien, en mai dernier, Nathalie Boy de la Tour, présidente de la Ligue de Football Professionnel, admettait que « Florence est clivante car elle n’est pas dans le copinage ni dans l’affectif, elle veut faire avancer des projets c’est tout ce qu’il l’intéresse ».

Très proche de Noël Le Graët, la directrice générale de la FFF n’est néanmoins pas en danger. Tout d’abord parce qu’elle a été importante dans le redressement du football français depuis son arrivée mais aussi parce que son licenciement coûterait très cher ! « Au pire, je prendrai un chèque et je m’en irai… » avait-elle déclaré au Parisien en parlant de son avenir en cas de départ du président de l’instance fédérale.

Première femme élue au comité exécutif de l’UEFA, en mai 2016 , la vice-championne du Monde d’épée en 2011 a peut-être d’autres idées derrière la tête à l’échéance 2020… une autre rumeur sans doute mais il n’y a jamais de fumée sans feu !

PARTAGER