Image Adobe Stocks

TRIBUNE


Dans une interview accordée au Journal du Dimanche du 13 octobre, Noël Le Graët, président de la FFF, contestait les chiffres qui soulignaient cruellement l’abandon du football amateur par la fédération.

Malheureusement, il a confondu le budget de fonctionnement de la FFF avec les aides directes, celles qui arrivent réellement aux 15 000 clubs amateurs, regroupées dans le Fonds d’aide au football amateur (FAFA), valorisé à 16,5 M€ en 2019.

De plus, alors que ce fonds n’a augmenté que de 10% en 2 ans, les charges du personnel de la FFF, de 42 millions d’euros au 30 juin 2018, ont quant à elles crûes de 35% en 7 ans. C’est l’art de manier les chiffres en annonçant une hausse alors qu’elle est bien plus faible que celles des salaires et des rémunérations du personnel.

Ne parlons pas non plus des 32 millions d’euros dépensés pour le seul mois du mondial 2018, dont 20 millions pour l’organisation et 12 millions pour les primes après le titre des Bleus. Cela a-t-il automatiquement irrigué le football d’en bas ?

Et que dire des 150 millions d’euros injustement prélevés sur le dos des clubs amateur, via des taxes et des amendes iniques afin d’alimenter les caisses de la FFF, des Ligues et des Districts ? La fédération française de football a créé une nouvelle théorie économique, le ruissellement inversé : prendre aux petits pour donner aux puissants.

Les dirigeants du football amateur sont des bénévoles sérieux et responsables. Ils n’en peuvent plus de ne jamais être écoutés, consultés, ni concertés par des dirigeants coupés de la réalité des terrains. Il y a 4 ans, la FFF communiquait encore sur le chiffre de 19 000 clubs amateurs. Aujourd’hui, le chiffre fédéral officiel est redescendu à 15 000 et la réalité est sans doute encore inférieure. Plus de 4 000 clubs ont déposé la clé sous la porte ces 4 dernières années.

Malgré cela, Noël Le Graët persiste et signe en s’imaginant tout puissant et immensément populaire au sein du monde amateur. Le sondage organisé actuellement par le site Foot Amateur indique pourtant un rejet massif !

C’est le « foot d’en bas » qui forme nos jeunes joueurs et qui prépare la future élite professionnel, sans véritable reconnaissance, ni contreparties. Les échanges devraient être permanents, surtout face à un désengagement continu de l’Etat dans le financement du sport pour toutes et tous.

Si la FFF avait la volonté de soutenir le football amateur, elle créerait une vraie Ligue de football amateur (LFA), alter-ego de la Ligue de football professionnel (LFP), pour en faire l’interlocutrice du monde amateur, dotée d’une personnalité morale et juridique, disposant d’un budget dédié.

Le quotidien de ce « foot d’en bas » devient de plus en plus difficile : baisse des subventions, fin des contrats aidés, difficultés à trouver des partenaires, hausse du coût de la vie, sanctions disciplinaires exorbitantes, violence sur les terrains, aggravation du communautarisme, contrôles inquisiteurs de l’URSSAF, besoin de structures… Combien de clubs vont-ils devoir cesser leurs activités avant que la FFF entende l’urgence de la situation ?

Le football, c’est plus que du football, tant ses vertus sociales, éducatives et citoyennes imprègnent notre société. Mais le risque est grand d’un effondrement de la biodiversité des clubs.

Sans abeilles, plus de vie et sans clubs, plus de football ! Le football amateur se bat actuellement pour sa pérennité, son avenir. Et tout ce que nous voulons, c’est assurer sa survie.

Pierre Rondeau, Richard Bouigue, Observatoire du Sport de la Fondation Jean Jaurès
Eric Thomas, président de l’Association Française de Football Amateur

PARTAGER