Haut Pilat
Les joueurs de l'AL Haut Pilat Inerfoot devront faire un très gros exploit. (Photo DR)

Le club de Haut Pilat Interfoot s’apprête à accueillir Andrézieux au 4ème tour de Coupe de France. S’il y a six niveaux d’écart sur le terrain, Alain Tréard, le coach adjoint, espère vivre un grand moment.

C’est l’effervescence pour ce club de D2 qui a fusionné en 2016 et qui compte aujourd’hui 300 licenciés. Encore engagé au 4ème tour de Coupe de France, Haut Pilat Interfoot s’apprête à accueillir Andrézieux, pensionnaire de N2, au stade Saint Ju Malmont. Présent lors du tirage au sort à Lyon il y a quelques jours, Alain Tréard, le très expérimenté entraîneur adjoint du groupe senior, sait que le gros lot a été tiré.

« Il y avait un club de D3, deux ou trois clubs de D2, quelques clubs de D1… on aurait préféré prendre un adversaire de niveau District car il y avait deux ou trois pensionnaires de N2. On a hérité du tout puissant Andrézieux et on aurait aimé les rencontrer deux tours plus tard dans l’idéal. On remercie par ailleurs la fédération pour les jeux de maillot, c’est très apprécié pour les petits clubs. Et on espère en avoir un supplémentaire ! »

Pour cette « superbe affiche », le club en cours de renouvellement pour sa labellisation, qui rassemble les communes de Saint-Didier en Velay et Saint Just Malmont, attend forcément du monde et espère jouer dans une grosse ambiance. L’ensemble des licenciés est donc sur le pont.

Près de 2 000 spectateurs attendus !

« On assiste à une grande mobilisation générale au club, des plus jeunes, en passant par les féminines, jusqu’aux seniors, souligne avec enthousiasme Alain Tréard. Des affiches ont été créés pour cette occasion, deux grandes buvettes sponsorisées seront installées, des animations… On a également décider d’opter pour une entrée gratuite vu le coût de la vie actuelle et on pourra accueillir 2 000 personnes »

Mais le technicien mentionne également les difficultés pour un club amateur à ce niveau-là. « On essaye de se mettre aux normes et c’est très difficile au niveau de la sécurité (extincteur de fumée, sono, parking privé). Néanmoins, on a la chance d’avoir un stade avec une entrée fermée pour les joueurs, des bancs isolés pour les remplaçants, un espace pour les officiels… sur un des plus beaux stades d’Auvergne, on espère proposer une très belle fête du foot. »

Au sein de ce club familial « où il fait bon vivre », toutes les catégories d’âge sont représentées et encadrées par des bénévoles passionnés. Et pour continuer de se structurer, le club a engagé deux BPJEPS afin de mener au mieux ses missions. Afin d’aiguiller au mieux cette équipe championne de sa poule D3 la saison dernière, le groupe peut compter sur un staff senior étoffé : Eric Escudero, responsable senior, est assisté par Alain Tréard et Pierre Grosjean, directeur de la politique sportive et en charge de la coordination entre les seniors et les jeunes.

Haut Pilat Interfoot veut faire bonne figure

« On évoluait en D3 jusqu’à notre titre la saison dernière » précise Alain Tréard, éducateur depuis plus de 45 ans. Avant d’appréhender son rendez-vous en Coupe de France, le club du Haut Pilat Interfoot a concédé le nul (0-0) au terme d’une rencontre de bonne facture dimanche dernier en ouverture de son championnat de D2. Sans aligner son équipe type, sachant que tout le monde avait déjà « la tête à la Coupe de France ».

L’adversité sera tout autre face à Andrézieux mais le club du Haut Pilat Interfoot espère « faire honneur au football », lui qui n’a jamais vécu d’épopée en Coupe de France dans sa jeune histoire. « On n’avait jamais passé le 3ème tour depuis la fusion ». Et pour ce club amateur, le respect de l’adversaire sera primordial pour effectuer une bonne prestation. « On fera le maximum. Sur un match de coupe, le petit poucet a toujours sa chance, sachant qu’on prône en plus de ça un jeu très alléché. Mais contre cette armada, on optera pour un schéma un peu plus défensif que d’habitude même si je préfère l’aspect offensif en temps normal. »

Un groupe et un staff qui veulent croire en leur chance avant d’affronter le club présidé par François Clerc, dont le parcours est significatif dans la région. Mais Alain Tréard sait également qu’il faudra aussi de la chance et n’hésite pas à employer une petite pointe d’humour. « On brûlera quelques cierges pour avoir un espoir supplémentaire » au sein d’une compétition qu’il compare « avec les Jeux Olympiques pour son prestige ».

>>> Retrouvez toutes nos présentations du quatrième tour de la coupe de France

SHARE