Guillaume Montagne a tout connu avec la TA Rennes depuis douze ans !
Guillaume Montagne a tout connu avec la TA Rennes depuis douze ans ! (Photo Jérôme Bouchacourt)

A 34 ans, Guillaume Montagne est un cadre incontournable de la Tour d’Auvergne dont il est le gardien de douze ans. Il se confie en toute franchise.

Qui es-tu en quelques mots Guillaume ?
« Je suis gardien de but à la TA Rennes (CFA2) et je travaille chez Renault en tant que conseiller commercial depuis maintenant 6 ans. »

Est-ce compliqué à ce niveau-là de s’organiser entre le travail et l’entraînement ?
« Non, mon travail c’est mon travail. Et le foot c’est ma passion. A partir de là il y a un roulement qui se fait naturellement même avec trois entraînements par semaine. »

Raconte-nous le parcours qui t’a mené jusqu’à la TA ?
« J’ai commencé le foot à l’âge de 6 ans au Cercle Paul Bert Rennes. Je suis arrivé à la TA lorsque j’avais 22 ans. J’ai donc vécu beaucoup de choses ici, relégation, promotion, maintien. »

Justement, tu fais preuve d’une belle longévité dans ton club, qu’est-ce que tu apprécies tant à la TA ?
« C’est un club avec beaucoup de valeurs. Je me souviens des premiers mots du président Jacques Aubry quand je suis arrivé : “La TA, c’est une famille”. Et ça m’a marqué, c’est quelqu’un que j’apprécie beaucoup. Et je m’en rends compte aujourd’hui que c’est ma deuxième famille. Je connais tout le monde, staff, supporters, bénévoles, les jeunes. »

C’est un état d’esprit que tu retrouves dans le vestiaire ?
« Bien sûr ! Nous ne sommes pas que de simples coéquipiers. Il y a un esprit de camaraderie dans notre groupe. C’est comme ça que je conçois le football. C’est très important pour moi que le groupe vit bien, nous passons beaucoup de temps ensemble. »

Tu n’hésites pas à prendre la parole dans le vestiaire ?
« Ah ça non, même si je ne suis pas capitaine, je n’hésite pas à parler si j’ai quelque chose à dire. Je suis quelqu’un de très franc et je dis les choses comme je le sens. Mais je ne le fais pas dans le but de critiquer pour critiquer. Il faut que ce soit constructif, que ça fasse avancer les choses. »

« Entraîneur des gardiens, ça me dirait bien ! »

Quand il ne porte pas les gants, Guillaume Montagne vend des voitures !
Quand il ne porte pas les gants, Guillaume Montagne vend des voitures ! (Photo Maxime Rabe)

En revanche sur le terrain, vous êtes en ce moment en difficulté avec notamment une dernière défaite 4-0 à Laval…
« Oui, on a eu un début de saison poussif. Ça demande du temps de trouver des automatismes. Mais on travaille dur à l’entraînement pour se donner les moyens d’atteindre notre objectif, le maintien. Après, le match à Laval, on n’a pas fait une bonne partie. C’est d’ailleurs notre bête noire, on en a pris 5 l’année dernière (rires). »

Tu as 34 ans, tu es plus proche de la fin que du début, comment abordes-tu ce cap et qu’envisages-tu après ?
« Je l’aborde sereinement. Avec l’âge, on prend du recul. Je parle beaucoup aux jeunes joueurs. C’est important pour eux de pouvoir compter sur les anciens même si je trouve qu’ils sont assez impatients. C’est à l’image de la société d’aujourd’hui où tout va très vite. Après la fin de ma carrière, je souhaite m’investir auprès de la TA. Je veux rendre à ce club ce qu’il m’a donné. Entraîneur des gardiens, ça me dit bien vu que je connais un peu le poste (rires). »

D’ailleurs, quelle est ta référence absolue au poste de gardien ?
« Gianluigi Buffon. Et de très loin. C’est un très grand footballeur et un très grand homme. Je l’appréciais déjà plus jeune et quand je vois ce qu’il est devenu aujourd’hui, ce qu’il représente, je suis encore plus fan. »

Dernière question, quel joueur t’a fait rêver ?
« Chris Waddle et Jean Pierre Papin m’ont beaucoup fait rêver quand j’étais jeune. Aujourd’hui, c’est Lionel Messi qui me régale. »

Propos recueillis par Maxime Rabe