Marc Mell a été le héros concarnois lors de deux séances de tirs aux buts.
Marc Mell a été le héros concarnois lors des séances de tirs aux buts contre Le havre et Lorient. (Photo André Lancien)

Auteur d’un exploit en 16e de finale face au Havre, l’US Concarneau reçoit un nouvel adversaire de niveau national : Évreux. Les Finistériens peuvent égaler le record du club dans l’épreuve qui date de 1963.

« Sur le papier, le tirage semble plus abordable que lors des 8e de finale. Mais en face, ils doivent très certainement se dire la même chose puisque nous ne sommes qu’une équipe de niveau régional. » Michel Le Lay, le coach concarnois, est lucide avant de recevoir Evreux ce dimanche. Et il va affronter un technicien qui connaît bien son club puisque Fabrice Le Grand vient du club rival de Concarneau, l’Hermine.

« Ce sera certainement un match fermé, confie l’entraîneur de l’USC. Ils ne sont pas au mieux en championnat de ce que je sais (ndlr : avant-dernier) et ont vu notre exploit contre Le Havre. Je pense qu’en plus nos niveaux sont plus proches qu’entre nous et Le Havre par exemple. »

« Si on atteint les quarts de finale, on peut marquer les esprits ! »

Pas question toutefois de prendre à la légère cette équipe ébroïcienne qui a sorti elle aussi un club pro, Amiens, au tour précédent. « C’est la première fois de son histoire qu’elle atteint ce stade de la compétition, elle aura à cœur d’aller jusqu’en quart de finale » assure Michel Le Lay. Mais les Finistériens ne seront assurément pas en reste : la dernière fois qu’ils ont disputé un quart de finale de Gambardella remonte à 1963. Le coach des U19 n’était encore même pas né !

« Il y a une génération dont plusieurs joueurs sont encore au club qui était là jusqu’en 16e de finale il y a cinq ans. C’était un peu les tenants du titre de l’histoire moderne du club jusqu’à cette année. Si on atteint les quarts de finale, on peut marquer les esprits ici ! Je n’ai pas souvent eu l’occasion d’aller aussi loin dans une coupe mais il faut savoir saisir sa chance maintenant. À ce stade, tout est possible et imaginable ! »

Un calendrier qui risque d’être surchargé en fin de saison !

Devant leur public de Guy-Piriou, que les Concarnois espèrent nombreux même si sur le papier l’affiche n’est pas aussi alléchante que s’il y avait eu un club professionnel en face, les joueurs de Michel Le Lay voudront assurément reproduire leur performance du tour précédent contre Le Havre, cinquième de la poule de nationale où évolue aussi Évreux.

« On a eu du mal physiquement sur la fin, mais on a fait preuve de beaucoup de solidarité et l’exercice des penaltys nous sourit cette année » confirme-t-il. Contre Vertou, c’est la transversale qui avait permis la qualification de Concarneau. En 32e contre Lorient puis en 16e face au Havre, le gardien Marc Mell en a sorti trois en tout (un contre les Merlus et deux face aux Ciel et Marine).

Une qualification en quart de finale serait donc historique. Pour l’anecdote, les jeunes de Concarneau ont même déjà regardé à quelle date pourrait se jouer un éventuel quart. En cas de qualification, les U19 de l’USC, qui compte déjà quatre matchs en retard entre le championnat et la coupe de Bretagne, pourraient donc surcharger leur calendrier de la fin de saison. « Mais si c’est à cause d’une qualification, cela ne dérangera personne » assure Michel Le Lay.

PARTAGER