Frédéric Lamotte et Fuchs Sports veulent apporter un vrai service au football amateur. (Photo DR)

Head of Development and Strategy chez Fuchs Sports, Frédéric Lamotte nous éclaire sur le partenariat signé avec la FFF concernant la retransmission des matchs de N2 et N3.

Frédéric Lamotte, pouvez-vous nous présenter Fuchs Sports ?
« Basée au Luxembourg, notre société se positionne sur le marché du sport en France depuis plusieurs mois avec déjà des accords avec plusieurs ligues régionales de football (Corse, Normandie et Nouvelle Aquitaine, N.D.L.R.). Depuis plusieurs années, nous étudions la digitalisation du sport et la transformation digitale notamment grâce à la captation vidéo. Très vite, nous nous sommes rendus compte que le sport amateur n’avait pas spécialement d’images récurrentes. Nous construisons notre offre et notre ADN de ce postulat. »

En quoi consiste exactement ce projet avec la FFF ?
« Mettre un caméraman sur chaque stade (cela représente 228 clubs en N2 et N3, N.D.L.R.), ce n’était pas possible. Nous avons donc proposer à la FFF – au terme d’un appel d’offre qui visait au départ le championnat de National 1 – de déployer un système de captation munis de 2 à 3 caméras pour assurer des captations rendues autonomes via l’intelligence artificielle. Pour proposer une solution intégrée avec une plateforme OTT, nous avons identifié tous les métiers et les compétences nécessaires. Nous avons construit une équipe avec des références dans chaque métier. »

« Être créateur d’opportunités pour chacun »

Mais comment travaillez-vous ?
« Dans notre architecte ouverte, vous retrouvez des sociétés reconnues comme Spiideo, société suédoise basée à Malmö, pour le système de caméras et l’intelligence artificielle ou aussi MyTVChain, basé à Nice pour la gestion de l’antenne donc de la plateforme OTT, ou encore Analytech, aussi Française. Clairement, nous ne sommes pas des vendeurs de caméras ni des streamers classiques. Le but est de produire des contenus pour la Fédération, les Ligues et les clubs avec comme objectif être créateur d’opportunités pour chacun. »

C’est un investissement très important ? 
« Oui, en effet. Cela représente plusieurs millions d’euros. Cet investissement est pris en charge intégralement par Fuchs Sports. La Fédération, les ligues régionales et les clubs ne payeront rien. C’est pour cela que nous avons signé un contrat de cinq ans. C’est risqué mais c’est la qualité du produit qui va jouer. Ce qu’on va faire n’existe pas et nous offrons aux annonceurs une visibilité importantes mais aussi des opérations marketing novatrice. »

Avec Die Ligen, les clubs devaient payer pour avoir les images de leurs adversaires. Qu’en sera-t-il ?
« Déjà, précision importante pour les supporters, le produit sera entièrement gratuit. C’est donc un point essentiel de notre partenariat et une réponse attendue par les supporters. Nous partagerons aussi notre production avec les clubs. Le staff de chaque club pourra revoir ses matchs mais aussi celui de ses adversaires. Nous voulions une équité entre tous les clubs, que tout le monde soit sur le même pied d’égalité. Ensuite, nous proposerons des options pour les staffs qui veulent améliorer le produit. »

« Une relation long terme qui est basée sur l’écoute » 

Et si un club veut continuer à filmer ses matchs plutôt que d’utiliser votre plate-forme ?
« Nous sommes le diffuseur digital officiel. Ce n’est pas nous qui indiquons ce genre de règlement car on n’est pas propriétaires des images. C’est à la Fédération Française de Football de répondre à cette question. »

Serez-vous à l’écoute des demandes des clubs ou d’autres médias ?
« Nous serons à l’écoute de chacun. C’est pour cela que nous aurons des collaborateurs de proximité sur le sol français. D’ailleurs, dès ce vendredi, plusieurs clubs nous ont contactés et nous avons eu des échanges intéressants. Notre volonté est d’offrir un moyen supplémentaire à chaque club pour qu’il puisse en retirer le profit nécessaire. Par exemple, outre le fait d’avoir un billboard gratuit pour ses annonceurs, en terme de revenus sponsoring, chaque club pourra travailler en synergie avec nos équipes commerciales avec un revenu en cas de succès commercial au travers d’une mise en relation. »

Comment cela va-t-il se passer pour les clubs maintenant pour lancer le projet ?
« Les clubs vont être rapidement en contact avec les équipes de proximité de Fuchs Sports dans les prochaines semaines pour convenir du déploiement du matériel mais aussi d’une présentation détaillée du projet et également en savoir plus sur les leviers importants qui leur permettront de valoriser au mieux la digitalisation de leur club. J’insiste que notre position n’est pas celle d’un streamer classique mais nous nous inscrivons avec la FFF et ses clubs dans une relation long terme qui est basée sur l’écoute, l’échange, l’innovation et l’envie d’entreprendre. Clairement, dans notre ADN, il nous plait d’être un créateur d’opportunités pour chacun. »

PARTAGER