Yzeure Foot Féminin
Les filles d'Yzeure sont pour l'instant privées d'entraînement ! (Photo FFYAA)

Interdit d’entraînement par la mairie et la Préfecture, Football Yzeure Féminin ne comprend pas alors que ses concurrents ont retrouvé le terrain.

Le 5 novembre, la police municipale est intervenue au stade Bellecombe pour faire cesser un entraînement du Football Yzeure féminin. « Le FF Yzeure s’entraînait alors que les installations étaient fermées » avait alors expliqué Pascal Perrin, le maire de la commune de l’Allier à La Montagne, ajoutant que « selon les services de l’État, il y a seulement trois joueuses qui ont le droit de s’entraîner ».

Le deuxième du groupe B de D2 féminine, avec cinq victoires et un nul en six journées, compte en effet deux joueuses sous contrat fédéral et une joueuse sur la liste des sportifs de haut-niveau puisqu’elle est internationale tricolore U20. Mais le club pense être dans les clous par rapport aux désiderata de la Fédération Française de Football.

« Nous avons aussi plusieurs internationales étrangères dont certaines ont joué la dernière coupe du Monde en France, rétorque Renaud Fabre, le directeur général du club. Elles ne sont pas sur la liste des sportifs de haut-niveau du Ministère mais elles répondent aux critères que celui-ci demande. »

Les arguments de la mairie non valables ?

Le problème, c’est que tous les concurrents du Football Yzeure féminin ont repris l’entraînement, certains n’ayant même pas arrêté comme l’AS Saint-Etienne le leader du groupe (six victoires). Mais Rodez Aveyron Football, l’Olympique de Marseille, Thonon Evian Grand Genève, l’OGC Nice ou dernièrement l’ASPTT Albi sont bien sur les terrains aujourd’hui !

« Je comprends la situation, moi aussi je trouve inéquitable d’un point de vue sportif que certains clubs puissent reprendre et d’autres non dans un même championnat, mais, dans l’état actuel des choses, je ne peux pas autoriser toutes les joueuses à venir s’entraîner à nouveau, réitère Pascal Perrin à La Montagne. Je suis obligé, en tant que maire, de faire respecter les règles dictées par l’État. »

Des règles qui sont pourtant très claires puis que le Ministère des sports indique que tout sportif est considéré comme professionnel du moment où il vit principalement des revenus du sport. Ce qui est notamment le cas de plusieurs joueuses yzeuriennes. Et si la situation ne s’arrange pas, ça pourrait être grandement préjudiciable pour ce club amateur qui se bat au quotidien contre des structures professionnelles.

PARTAGER