Photo Jérôme Bouchacourt @ Footamateur

A la demande des Ligues et Districts, la Fédération Française de Football a trouvé une parade pour que les suspensions en temps soient reportées.

Le 20 avril dernier, nous annoncions que l’interruption des suspensions en temps n’avait pas été prévue par la loi sur l’état d’urgence sanitaire. Un joueur qui avait été sanctionné de six mois en février aurait ainsi pu rejouer au football en septembre alors qu’un joueur qui avait été sanctionné de deux matchs devait encore purgé sa peine. Un point qui opposait la Fédération Française de Football à certaines Ligues.

Le service juridique de la FFF s’est donc penché sur ce point précis des suspensions en temps. Et la donne a changé car il était certain que l’arrêt définitif des compétitions générait une situation inéquitable. Selon nos informations, plusieurs pistes ont été étudiées par le comité exécutif. Et celle qui a été retenue est de ne pas inclure la période du 13 mars, c’est à dire au lendemain de l’arrêt des compétitions, au 30 juin qui est la date officielle de fin de saison.

Les licenciés suspendus en temps purgeront donc la suite de leur suspension à partir de 1er juillet 2020 la durée qu’il restait après le 13 mars. Ce sont les Ligues et les Districts qui devront appliquer les modifications sur ces suspensions en temps. Il y a donc du travail en perspective pour les commissions de disciplines ces prochaines semaines. Car elles devront informer les licenciés suspendus du report de leur sanction.

PARTAGER