Lucile Nicolas quitte la Bretagne pour la Côte d'Azur.
Lucile Nicolas quitte la Bretagne pour la Côte d'Azur. (Photo Fred Annin)

Pour des raisons professionnelles, l’ancienne joueuse du FC Lorient a quitté le CPB Bréquigny pour s’inscrire dans le projet ambitieux de l’AS Monaco.

Sentiments partagés. Lors de ce mercato hivernal, Lucile Nicolas a troqué sa tunique violette du CPB Bréquigny pour le maillot rouge et blanc de l’AS Monaco, non sans une certaine émotion. « Le départ de Bréquigny a été triste, avoue la gorge serrée la nouvelle recrue monégasque au moment d’aborder le sujet. C’est un club à part entière avec un super état d’esprit. Ça restera mon club de cœur. » Neuf saisons entre la D2 et la Division d’honneur avec la formation rennaise, tatouées dans la peau, ne s’effacent pas d’un simple revers de la main.

Toujours qualifié en Coupe de France (seizième de finale contre Brest ce dimanche), le CPB Bréquigny pourra d’ailleurs compter sur le soutien à distance de son ancienne reine des surfaces, aux statistiques flatteuses (11 réalisations cette saison). « Je serai toujours à fond derrière ce club. Dès dimanche matin, j’aurai forcément un petit message pour les filles et je penserai fort à elles. Je leur souhaite de faire un exploit contre Brest mais au-delà de ce match de Coupe de France, qui reste un bonus, j’espère surtout qu’elles réussiront à monter en D2. J’y crois particulièrement. »

« Monter en D2 à moyen terme ! »

Une accession en D2 que l’ancienne buteuse rennaise pourrait également savourer avec l’ambitieux club de la principauté qu’elle vient de rejoindre. Cela aurait pu être l’OG Nice mais c’est finalement le discours du président du club monégasque qui a convaincu l’atout offensif de 28 ans. « Signer à Nice aurait été plus simple pour moi car j’habite à côté. Mais, d’après les échos que j’ai pu avoir, le club niçois ne semble pas être complètement derrière son équipe féminine contrairement à Monaco qui souhaite monter en D2 à moyen terme. J’ai l’impression que l’ASM met vraiment les moyens pour y arriver en recrutant par exemple six joueuses en début de saison. »

Une volonté de progresser qui a donc été déterminantes. « Cela fait plaisir de voir un président investi avec cette ambition clairement affichée. Le club a également pris un coach diplômé capable d’entraîner jusqu’en D2. Tout ça n’est pas anodin… » Un projet clair qui a séduit Lucile. Un autre élément a aussi contribué à sa venue sur le Rocher.  « Je suis allée m’entraîner une fois à Monaco car j’ai une très bonne amie, Aline Le Mignant, qui joue déjà là-bas. Cela a facilité mon choix. » Qualifiée, Lucile fera ses grands débuts contre le FA Marseille, le week-end prochain. Des débuts qu’on lui souhaite princiers…

PARTAGER