Florent Menozzi est un gardien atypique... mais toujours sur le terrain à 41 ans ! (Photo Philippe Le Brech)

Le gardien de Lucciana (National 3) est un des plus vieux joueurs en activité dans les championnats nationaux. Il revient sur une carrière atypique.

Dans le microcosme du football corse, Florent Menozzi tient une place à part. De Bastia à Ajaccio, tout le monde connaît ce gardien fantasque qui ne passe pas inaperçu avec sa joie de vivre et son franc parler. Pourtant, le natif de Corte est arrivé très tard dans les buts… préférant mettre le ballon au fond des filets de ses adversaires.

« J’ai débuté arrière droit puis vers 14-15 ans, je suis passé attaquant, explique-t-il. A 18 ans, j’ai arrêté le foot. Je faisais beaucoup la fête à cette époque donc je n’étais pas très sérieux. Puis un jour, un pote est venu me chercher pour jouer un match en Corpo à Ajaccio. » Sous fausse licence – mais il y a prescription ! – Florent Menozzi a fait « un match extraordinaire ». Il ne quittera plus le poste de gardien.

« En parallèle, j’ai aussi joué au handball dans les buts, raconte le Cortenais. Ce n’était pas facile de passer des cages de hand à celles de foot car ce n’est pas du tout le même rôle ! Mais ça m’a permis d’avoir de sacrés réflexes. » Car l’ex-joueur de champs n’a jamais eu de formation pour ce poste très spécifique ! « C’est pour cela que je fais des arrêts très bizarres quelques fois » rigole-t-il !

« A Dives-Cabourg, ils se souviennent de moi ! »

Formé à l’US Corte, Florent Menozzi a bourlingué en Haute-Corse puisqu’il a joué au FC Corte/Castirla, l’USC Corte (fusion des deux clubs cortenais), l’Ile-Rousse, Calvi, Balagne Ile-Rousse, FC Borgo puis Bastia-Borgo et enfin au Gallia Club Lucciana. Sans jamais quitter l’île de beauté. « Comme j’ai débuté tard au poste de gardien, je suis resté dans mon petit cocon, confie-t-il. Et puis, j’ai presque toujours joué dans des clubs qui jouaient la montée. » Sans regret ? « Pas mal de monde m’a dit que j’aurais pu passer le cap vers un club pro mais ça ne s’est pas fait. »

De la Division d’Honneur au National 2, Florent Menozzi a connu de nombreuses anecdotes en vingt ans de carrière… et notamment ce double voyage à Dives-Cabourg en CFA2 (N3). « Quand on est arrivé sur la côte normande, le terrain était gelé, se rappelle-t-il. Le délégué nous a informé que le match était reporté sans qu’on puisse dire quoi que ce soit ! La plupart de mes coéquipiers sont repartis sur Paris mais on est quatre à être restés au stade. Et je crois qu’ils se souviennent bien de nous (rire) ! »

Florent Menozzi (à gauche) sous le maillot du FC Borgo lors du déplacement à Dives-Cabourg.
(Photo Philippe Le Brech)

Un spécialiste des tirs aux buts

Parmi ses meilleurs souvenirs, le portier du Gallia Club Lucciana cite « les trois finales de coupe de Corse remportées avec Calvi » mais aussi « le match de coupe de France avec l’Ile-Rousse contre Bordeaux, le tenant du titre, où j’avais écœuré leurs attaquants et détourné deux tirs aux buts ». Le club de l’Ouest de l’île avait atteint les huitièmes de finale (défaite 0-2 contre Guingamp). Son plus mauvais souvenir reste « une fracture de la clavicule en fin de match contre Canet-Rocheville il y a deux ans ».

Supporter du SC Bastia, comme beaucoup de Corses, Florent Menozzi a d’ailleurs joué un mauvais tour au SCB en octobre dernier au sixième tour de coupe de France. « La semaine avant le match, j’ai croisé Claude Ferrandi (le président bastiais, N.D.L.R.) qui m’a chambré, rigole-t-il. Je lui ai dit qu’on allait les éliminer et c’est ce qu’on a fait… avec quatre arrêts lors de la séance de tirs aux buts ! » Des moments magiques qu’il va continuer à vivre encore au moins une saison.

« Avant, je me projetais sur quatre ou cinq ans mais ce n’est plus le cas aujourd’hui, concède-t-il. Je vais repartir pour une saison avec le Gallia mais c’est peut-être la dernière. A moins qu’on monte en National 2 ! Car dans ce cas, je serai encore là. Mon père a joué jusqu’à 46 ans, dans le champ, donc je peux encore jouer quelques années. Et puis je me sens comme à la maison à Lucciana avec une équipe dirigeante, un staff et un groupe en or ! » On fait donc le pari que Florent Menozzi n’est pas encore à la retraite !

PARTAGER