Alors que la FFF espérait garder des activités pour les enfants, le Gouvernement a décidé de fermer les associations sportives. Le football est à l’arrêt.

« Si on pouvait, à l’image de l’école de la République, permettre à nos enfants de continuer à pratiquer le football dans leur club pendant cette nouvelle période de confinement ça ressemblerait à du bon sens. » Jamal Sandjak, le président de la Ligue de Paris Île-de-France, espérait que les clubs puissent continuer à accueillir des jeunes licenciés durant le mois de confinement.

La Fédération Française de Football en avait d’ailleurs fait la demande auprès du Ministère des sports et du Gouvernement. Mais il n’en sera rien. « Les établissements qui proposent activités extrascolaires, artistiques ou sportives, comme les clubs de sport, seront fermés » a indiqué le Premier ministre Jean Castex lors de la conférence de presse sur les restrictions mises en place avec le confinement, précisant que « les sports collectifs de plein-air, comme le foot, seront interdits ».

Deux tendances qui s’affrontaient !

Tout s’est donc arrêter ce jeudi soir pour l’ensemble des clubs de football amateur, à l’image du FC Saint-Arnoult 78 qui a organisé un dernier entraînement de son école de foot « spécial Halloween ». Ce sont donc un peu plus de deux millions de licenciés et 14 000 associations qui sont mis entre parenthèses durant plusieurs semaines.

Mais deux tendances s’affrontaient entre ceux qui voulaient continuer d’accueillir des enfants dans les clubs et ceux qui pensaient que ce n’était pas possible. Et c’est très serré comme le montre notre sondage sur Twitter avec 55,5 % pour la poursuite de l’activité football.

Ce qui aurait été tout de même assez compliqué pour plusieurs raisons. Tout d’abord, de nombreuses municipalités ont réagi rapidement aux annonces du confinement en mettant en place des arrêtés municipaux interdisant l’accès aux installations sportives. Il n’était donc plus possible d’ouvrir les stades.

Ensuite, de nombreux clubs ne souhaitaient pas continuer l’activité car il est préférable de mettre les éducateurs au chômage partiel, ce qui permet une prise en charge totale des salaires par l’Etat. Ce qui n’aurait pas été possible avec l’accueil des jeunes licenciés. Mais l’Etat a tranché et le football amateur est désormais complètement à l’arrêt !


>>> A lire aussi : Le sport « un mode de garde », la communication du Ministère fait polémique !

PARTAGER