Orvault SF s'est imposé sur la plus petite des marges contre Mérignac Arlac.
Orvault SF a largement gagné son ticket pour la D2F mais la FFF en a décidé autrement. (Photo Philippe Serre - Reflex 1.7)

La FFF a débouté Orvault SF en appel dans le dossier Jessica Bunker. Mais le club de Loire-Atlantique a encore une chance de monter en D2F avec sa conciliation au CNOSF.

Alors que la reprise de l’entraînement est prévue ce mardi soir, la section féminine d’Orvault SF est toujours dans l’expectative. La semaine dernière, la commission d’appel supérieure (CSA) de la FFF a en effet débouté le club de sa demande sur la qualification de la joueuse de Portet-sur-Garonne, Jessica Bunker. Malgré le fait que l’attaquante a joué en championnat officiel au Canada après la validation de sa licence en France, ou encore que la demande de Certificat International de Transfert (CIT) n’a été demandée qu’au mois de décembre, la CSA a donc confirmé la décision de première instance.

Une décision qui peut permettre de s’interroger puisque la FFF a donné match perdu à Orvault SF contre l’AS Portet au match aller des barrages d’accession D2F (pourtant largement gagné sur le terrain 5-0) pour le même motif, l’attaquante sénégalaise d’OSF ayant joué la finale de sa coupe nationale au printemps. Dans ce dossier, il n’y a pas eu d’appel car l’instance fédérale l’a jugé irrecevable alors qu’il avait bien été envoyé dans les délais, soit deux jours francs, par le club de Loire-Atlantique. Celui-ci a donc saisi le Comité National Olympique et Sportif Français (CNOSF) en conciliation. Elle se déroulera mercredi 8 août. 

La proposition du CNOSF devrait ensuite intervenir entre 48 heures et une semaine. Si celle-ci est positive pour le club orvaltais, la FFF aura quinze jours pour l’accepter ou la refuser. Et si l’instance fédérale ne donne aucune réponse, comme c’est le cas pour le dossier de Strasbourg Vauban, cette proposition sera considérée comme ferme et définitive.

PARTAGER