Les filles de l'AS Pierrots Vauban Strasbourg devront aller au Havre pour chercher leur qualification !
Les filles de l'AS Pierrots Vauban Strasbourg sont officiellement en D2F ! (Photo ASPVS)
Bannière stages Louza

Éliminé sur tapis vert au premier tour des barrages d’accession, l’AS Pierrot Strasbourg Vauban a décidé d’aller au bout des procédures pour monter en D2.

Malgré deux victoires contre l’AS Beauvais-Oise (1-0, 4-0) au premier tour des barrages d’accession, l’AS Pierrots Strasbourg Vauban n’a pas disputé le deuxième tour… puisque la commission des règlements et contentieux de la FFF a décidé que le club ne pouvait pas aligner Sidney Drinkwater, sa gardienne américaine. C’est donc Beauvais qui a affronté le RC Saint-Denis pour la montée en D2F.

« On a fait signer notre Américaine qui évoluait en Université avec un statut libre car elle n’avait pas de licence en club, explique Stéphane Martos, l’entraîneur strasbourgeois. On a réussi à avoir une attestation qui montrait que sa dernière licence datait de 2013-2014. » C’est donc logiquement que la Commission Supérieure d’Appel de la FFF a ensuite infirmé la décision de première instance.

« Au CNOSF pour notre intégration en D2 !  »

« Nous avons gagné sur un certain nombre de points mais pas sur le principal qui était d’être intégré en D2 puisque nous n’avons pas pu défendre nos chances au deuxième tour des barrages » indique Freddy Rump, le président de la section féminine. C’est là le soucis pour la FFF. Strasbourg Vauban a été injustement sanctionné.

« On va aller au CNOSF en demandant notre intégration en D2, souligne le dirigeant alsacien. On prend ce risque-là en construisant une équipe pour jouer en championnat de France. On est totalement convaincu de l’issue de ce dossier car les informations qu’on a eues sont en cohérence avec la réalité des faits. »

La réalité, c’est que l’AS Pierrots Vauban Strasbourg n’a pas pu participer au deuxième tour des barrages à cause d’une commission qui s’est trompée dans son jugement. Et malheureusement la deuxième instance a infirmé la décision trop tard. Avec Orvault SF et Le Havre AC, cela fait donc trois dossiers très chauds à gérer cet été !

SHARE