clubs amateurs féminine
Le club féminin de Soyaux, qui évolue en D1F, aura 333 000 euros de moins que les clubs pros. (Photo Philippe Le Brech)

La LFP a décidé des répartitions de l’aide pour les clubs de D1 et D2. Et ce sont les trois clubs féminins amateurs qui trinquent.

Est-ce un pied de nez de la Ligue de Football professionnel à la Fédération Française de Football ? Vendredi 26 juin, le conseil d’administration de la LFP a en effet adopté à l’unanimité la répartition de l’aide de 6 millions pour le D1F : 508 000 euros pour les clubs féminins professionnels et 175 000 euros pour les clubs féminins amateurs. Soit 333 000 euros de différence ! Et l’aide de 900 000 euros pour la D2 féminine sera répartie égalitairement entre… les clubs professionnels.

Une décision qui n’a pas manqué de faire bondir les trois clubs amateurs qui évoluent en D1,  l’ASJ Soyaux, le FC Fleury, et le FF Issy, ainsi que tous ceux de D2… car l’aide attribuée à leurs homologues professionnels (80 000 euros chacun) est bien supérieure à leur propre budget ! Dès le départ, et l’annonce de cette aide vers le football féminin, les clubs pros avaient décidé de ne pas aider les structures amateurs.

« Certains clubs ne veulent pas donner du tout aux clubs amateurs, expliquait Laurent Nicollin, président de Monpellier et de l’Association pour le Football Professionnel Féminin (AFPF), sur le site L’équipière. De mon côté, j’estime que c’est normal de les aider quand même pour ceux qui sont en D1. Mais aujourd’hui, c’est l’AFPF qui décidera comment répartir cette somme, tous les clubs de D1 ne recevront pas autant. La priorité, c’est que cet argent aide les clubs professionnels. »

Rien du tout pour les amateurs en D2F

Et il va même plus loin concernant les clubs de D2F. « Il faut aussi aider les clubs professionnels de D2 à franchir un pallier et que les clubs professionnels de D1 aient plus d’argent que les clubs amateurs. C’est normal, l’aide vient des clubs pros. » Sauf que la plupart des joueuses qui évoluent dans les clubs professionnels ont été formées par un club amateur… et c’est ce travail de formation dans les écoles de football qui est à la base de la réussite des joueuses.

Le fonds de solidarité annoncé le 4 juin a donc pris un sérieux coup dans l’aile sur son volet féminin. Mais selon plusieurs sources, la Fédération Française de Football réfléchirait à attribuer une enveloppe supplémentaire aux trois clubs amateurs de D1F. Quant aux clubs de D2F, ils devront se contenter de l’aide de 5 000 euros que la FFF versera en plus… tandis que les clubs pros se retrouveront avec une belle enveloppe pour prendre jusqu’à 12 contrats fédéraux, comme le prévoit le nouveau règlement. Pas terrible comme équité sportive !

PARTAGER