Fabien Valéri 2
Fabien Valéri cette saison avec le Paris 13 Atletico. (Photo Philippe Le Brech)

Après une année plus que satisfaisante avec Paris 13 Atletico conclue par une accession en National, l’entraîneur Fabien Valeri a décidé de rejoindre Chambly (FCCO), tout juste relégué en N2. Un nouveau défi surprenant qu’il a expliqué en début de semaine.

La décision peut sembler étrange. Fabien Valeri, qui vient d’emmener l’équipe de Paris 13 Atletico en National, ne sera plus sur son banc l’an prochain et s’est dirigé vers une équipe qui a fait le trajet inverse. Pourtant, celui qui a joué au Red Star explique son arrivée au FC Chambly Oise très simplement. « C’est un club populaire, familial et ambitieux. Le club souhaite ardemment retourner en National. Je souhaite aussi le faire, j’aimerais ne pas entraîner toute ma vie en N2. Ici, il y a un état d’esprit incroyable. »

Outre cet état d’esprit incroyable, le club va enfin pouvoir jouer dans son nouveau stade Walter Luzi, la saison prochaine, dont les travaux viennent de reprendre. Loin d’effrayer l’homme, l’idée de jouer dans cette enceinte le conquiert. « J’étais plutôt séduit. Ce sera un stade avec du monde donc c’est magnifique. Un stade fermé, avec une pelouse neuve, des équipements de qualité… Cela permet des possibilités pour le futur. »

Seizième à l’issue de la saison de National, le FC Chambly n’a pas rempli ses objectifs. Avec seulement 7 victoires dans l’exercice, il fallait bouger les choses. Le natif de Noisy le Sec semble incarner une rigueur qui pourrait offrir au club un nouveau départ. « J’essaye d’être professionnel, en tant que joueur j’étais très carré, en tant qu’entraîneur je ne me refais pas. Je suis très humain, je sais que je leur demande beaucoup d’efforts mais je serai derrière eux pour les soutenir. »

« Bien démarrer : une clé de la réussite »

De son côté, Fabien Valeri sort d’une saison plus que pleine avec l’équipe de Paris 13 Atletico. 1er avec un point d’avance sur Fleury, les Parisiens se seront fait peur mais auront tenu bon. Avec 20 victoires en 30 matchs disputés, la formation affiche un bilan plus que positif. Cette dynamique qu’a su enclencher le coach de la région parisienne a su convaincre les dirigeants camblysiens.

Le nouveau coach du FCCO n’arrive pas seul. Il est accompagné de Benjamin Garault, 25 ans, qui sera son entraîneur adjoint. « Ça s’est bien passé entre nous quand on s’est rencontré au Paris FC. C’est quelqu’un de très travailleur, de très professionnel. » Un personnage assez représentatif de son staff composé en particularité de jeunes. « Il y a des plus et des moins. Les moins, c’est un manque d’expérience. Le plus, c’est que ce sont des gens qui ont une carrière devant eux, des perspectives. »

Maintenant place au jeu et au travail pour le tout nouvel entraîneur et son staff. Un début de saison qui devrait arriver vite et que l’ancien professionnel compte bien débuter. « Vraisemblablement, il y aura 6 semaines de préparation. En général c’est 5 mais j’aime bien en avoir plus. Bien démarrer c’est une des clés de la réussite. Quand on démarre mal c’est plus compliqué. »

Une tâche qui sera d’autant plus compliquée, que la direction a annoncé un renouvellement de 80% de l’effectif. Fabien Valeri aura donc du pain sur la planche pour pouvoir vite mettre en place un système de jeu pour que les résultats soient au rendez-vous.

SHARE