Le SO Cholet n’a plus de temps à perdre s’il veut encore se mêler à la course à l’accession en Ligue 2. A la trêve, le club présidé par Benjamin Erisoglu, affiche un bilan bien peu en rapport avec les ambitions annoncées en avant-saison. L’ambitieux club des Mauges, occupe une bien décevante 11e place, à 11 points des deux co-leaders que sont l’USL Dunkerque et Pau FC.

Au soir de la triste défaite à domicile face à Dunkerque, le technicien belge, d’origine turque, Erol Malkoç a rendu son tablier et le Corse Stéphane Rossi a été désigné pour le remplacer. A 55 ans, le nouvel homme fort du SOC, s’est forgé une solide expérience avec le CA Bastia, qu’il a conduit de la DH jusqu’à la L2, puis à la tête du Sporting Bastia qu’il a hissé de N3 en N2. Il sera secondé dans sa tâche, par l’ancien professionnel et international Angevin, Steeve Savidan.

Stéphane Rossi, le nouvel entraîneur, Steve Savidan, son adjoint, et Saïd Zaibila, coach des gardiens de but, ont pris les rênes du SOC en ce début d’année 2020.

Vendredi soir c’est sur le terrain de Villefranche-Beaujolais, que le nouveau staff Choletais va partir en reconquête, avec l’objectif de ramener les trois points, avant de recevoir ses voisins du Stade Lavallois. « La recette, c’est surtout le travail. Travailler pour gagner la confiance des joueurs et asseoir sa crédibilité, c’est une première partie, mais il faut aussi de la patience. Sur la demi-saison qui arrive, nous n’allons pas nous mettre de pression supplémentaire. On va travailler et on fera le point dans quelques matches. » précise le nouveau coach Maugeois.

L’exemple Béziers 2018 !

Du côté Choletais on n’a pas baissé les bras, et on se dit aussi que si Dunkerque, Pau ou le Red Star, ont réussi à remporter une dizaine de victoires lors de la phase « Aller », il est surement possible de faire aussi bien, voire mieux lors de la seconde partie du Championnat. On se souvient aussi que lors de l’exercice 2017/2018, l’AS Béziers pointait à la 11e place du classement au soir de la 11e journée, à 11 points du trio Red Star-Grenoble-Rodez, et au final les Biterrois sont montés au L2, après un quasi sans-faute, pendant la phase « Retour », alors même si les miracles n’arrivent pas toutes les saisons, tout reste encore jouable.

Le SOC qui possède un des plus beaux effectifs du National (qualitativement et quantitativement) peut malgré-tout y parvenir, mais pour ça il lui faudra se forger un moral de guerrier, et surtout redémarrer l’année par un succès en terre Caladoise, puis enchaîner avec une série. (N.D.L.R. Les Choletais ne se sont pourtant pas totalement rassurés en étant tenus en échec sur leur pelouse, 3 buts partout, lors d’un match amical, samedi 4 janvier, par Blois Football 41, équipe de N2).

Villefranche pour confirmer !

Villefranche-Beaujolais, surprenant 5e du championnat à seulement deux petits points du duo de tête, espère bien que la mini-trêve hivernale, n’aura pas freiné sa bonne dynamique de fin d’année, et qu’au contraire, elle aura permis la recharge des accus pour repartir de plus belle.

Le FCVB, reste sur une série de neuf rencontres sans défaite, la dernière remonte au 20 septembre sur le terrain de Bourg-Peronnas. Avec un seul revers à domicile depuis le lancement du 2 août, les hommes d’Alain Pochat, sont devenus ambitieux, à l’image de leurs supporters qui commencent à croire que la course à la montée est désormais dans le domaine du possible. Mais pour y parvenir, il va déjà falloir commencer par s’imposer vendredi soir au Stade Armand Chouffet, face à des Choletais qui s’annoncent revanchards.

PARTAGER