Florence Hardouin
Le management de Florence Hardouin (ici lors de l'assemblée fédérale de juin 2019) a été mis en cause. (Photo Philippe Le Brech)

Quatre mois après la réélection de Noël Le Graët, rien ne va plus à la Fédération Française de Football. La rédaction de Footamateur.fr vous propose une enquête sur les coulisses du 87 boulevard de Grenelle.

Ce mardi, Noël Le Graët a rencontré Florence Hardouin à Guingamp. Le président de la Fédération Française de Football souhaitait faire le point avec la directrice générale sur quelques dysfonctionnements qui ont eu lieu dans l’organisation pendant l’Euro 2021. « J’ai beaucoup d’affection pour elle et je vais l’écouter, j’ai peut-être des choses à apprendre » a confié le Breton à nos confrères de L’Equipe.

Malgré une attitude de plus en plus décriée au sein de la FFF, l’ex-escrimeuse n’est pas vraiment en danger. Tout d’abord car son départ coûterait très cher à l’instance fédérale, qui n’en a pas vraiment les moyens en ce moment. Ensuite parce que son bilan sur le développement marketing et commercial de la Fédération est plutôt positif depuis un peu plus de dix ans. « Florence a effectué un très gros boulot au niveau des partenariat, ce qui a été largement bénéfique pour les finances, souligne un ancien élu fédéral. Mais c’est vrai qu’elle a toujours été très rigide. »

Une réussite marketing à relativiser

Nommée directrice du marketing en mars 2008, Florence Hardouin a boosté l’offre commerciale proposée par la Fédération. « Jamais nous n’avons eu une présentation aussi claire de l’offre » s’exclamaient certains partenaires des Bleus, de la Coupe de France ou du football amateur, en 2010 au journal Les Echos. Le budget a d’ailleurs bondi de 22% entre 2011 et 2018 (hors prime pour la victoire en coupe du Monde). Mais il ne faut pas oublier que la plupart des gros contrats sont négociés par Noël le Graët lui-même, comme Nike ou France Télévision pour la coupe de France.

Puis la Russie a été un tournant. « Elle a toujours été autoritaire et parfois méprisante mais elle était capable de déléguer et de faire confiance, assure un ancien salarié de la FFF. Les succès de l’équipe de France et l’affaiblissement progressif de Noël le Graët lui ont peu à peu fait perdre la tête. » A l’automne 2019, treize directeurs sur les dix-sept que compte l’instance fédérale avaient adressé un courrier à Noël Le Graët afin de dénoncer « une ambiance délétère ». Quelques mois plus tard, le président de la FFF commandait un audit au cabinet de conseils Plein Sens. Avec sa directrice générale, il est le seul à en avoir pris connaissance à ce jour. Il y avait-il des choses à cacher ?

Car depuis la réélection du président pour un quatrième mandat, tout a encore empiré au 87 boulevard de Grenelle. « Elle a créé un nouveau niveau de tension sans précédent, déplore un salarié de la FFF. On a l’impression qu’elle veut tout casser à tous les niveaux ! » A l’image du plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) qu’elle a initiée sans que le comité exécutif n’en soit informé au préalable. « Le projet de PSE (…) a été construit dans un contexte économique et financier très tendu, a expliqué Florence Hardouin dans Le MondeDes réductions d’activités et d’investissements sont en conséquence envisagées ; ce sont les conséquences de ces réductions qui entraînent les suppressions de postes projetées. »

Le site internet passe de la com’ au marketing

Des propos qui sont contestés en interne. Le service marketing n’est pas du tout impacté par le PSE, tout comme le service juridique dirigé de main de maître par Jean Lapeyre. La Ligue de Football Amateur et les affaires institutionnelles sont les deux services les plus touchés avec quatre suppressions prévues devant la direction financière et le service communication avec deux suppressions. La directrice générale a d’ailleurs prévu de transférer la gestion du site internet de la FFF de la com’ au service marketing. Etonnant.

Pire ! Selon nos informations, Florence Hardouin a tenu une visioconférence sur ce fameux PSE avec les salariés et le nouveau DRH par intérim de la FFF le 11 juin. Lors d’une question posée par un salarié à la fin de cette réunion en distanciel, la directrice générale a affirmé que le plan de sauvegarde de l’emploi était une commande du Comité exécutif. Ce qui est faux puisque les membres du Comex n’étaient pas au courant, comme plusieurs d’entre-eux nous l’ont confirmé.

Ce PSE choque vraiment en interne. Surtout que, comme le rappelle Le Monde, la FFF a versé 17,37 millions d’euros à ses principaux prestataires durant la saison 2018-2019 après le sacre des Bleus en Russie. Et notamment 425 176 euros qui ont été réglés à la société Mawenzi Partners en échange de « conseils stratégiques » commandés par la direction générale. Selon Florence Hardouin, cette société a « coordonné le plan Ambition 2020 qui couvrait un projet d’entreprise sur quatre ans et qui concernait tous les secteurs d’activités de la FFF ».

« Florence Hardouin n’aime pas le football ! »

Sauf que le plan Ambition 2020 a plutôt été un échec, ce que la directrice générale a elle-même avoué à plusieurs reprises. Et le nouveau plan de développement Performance 2024, dont nous avions dévoilé les contours en avant-première, n’a pas rassuré les présidents de Ligue et de District qui ont du mal à voir la mise en avant du football amateur ! « On dirait que tout est fait pour supprimer la Ligue de Football Amateur » avance un élu fédéral qui n’hésite pas à ajouter que « Florence Hardouin n’aime pas le football en plus d’être foncièrement déloyale avec Noël Le Graët ».

Entre des prises de bec avec plusieurs membres du comité exécutif – où elle est loin de faire l’unanimité – et le départ de nombreux directeurs, l’ambiance est vraiment délétère. « Elle intervient sur tout, même sur les sujets qu’elle ne connaît pas » nous affirme-ton en interne. Depuis quelques semaines, Noël Le Graët n’est pas dupe sur ce qu’il se passe et il a réalisé lui-même son enquête. Car Florence Hardouin est devenue une vraie épine dans le pied du président de la FFF !

Rendez-vous lundi 12 juillet à 19 heures pour le volet #2 !
« Jean Lapeyre, l’omnipotent directeur juridique de la FFF »

A voir : la vidéo de Romain Molina sur la FFF

Live jeudi 1 juillet : FFF, enquêtes et l'actualité footballistique !
SHARE