Javerlhac - Belvès
Les joueurs de Belvès avant la séance de tirs au but. (Photo FC Bevès)

La rencontre de coupe de Nouvelle-Aquitaine entre Javerlhac et Belvès a duré longtemps avec pas moins de 46 tirs au but pour départager les deux équipes.

Le dimanche 11 septembre, Javerlhac (D3) et Belvès (D4) ont réellement joué trois mi-temps. Après les deux premières qui n’ont pas réussi à départager ces deux clubs de Dordogne (3-3), lors du deuxième tour de coupe de Nouvelle-Aquitaine, les tirs au but ont duré presque 45 minutes avec pas moins de 46 tentatives !

Surtout que le FC Belvès, situé au sud du département, avait près de deux heures trente de route pour se rendre à Javerlhac tout proche dela Charente. « 2h15 de route, on était bien content que ce soit chez nous, a avoué Anthony Boulestier, le capitaine verlhacois à nos confrères de La Dordogne Libre. Ils ont été courageux de venir, certains ne l’auraient pas fait. »

« On était heureux que ça se finisse ! »

Et ils ne l’ont pas fait pour rien ! Mais quel souvenir. « Même si je n’ai que 21 ans et je pense que je ne revivrai jamais ça, confie Florian Sorton, le n°9 de Belvès. C’était compliqué car le terrain c’était de la paille et il faisait très chaud. On était vraiment heureux que ça se finisse, comme nos adversaires avec lesquels on en a discuté après le match. »

L’attaquant originaire de la région parisienne a marqué ses deux tirs au but. Pas simple. « J’ai mon côté favori, à droite, et je me dis toujours qu’il ne faut pas changer d’avis, assure t’il. Mais là, j’ai hésité car je me disais que le gardien savait où j’allais tirer. Finalement, je n’ai pas changé d’avis et j’ai aussi marqué le deuxième ! » Le seul joueur du match à avoir inscrit trois tirs au but, c’est Sacha Snioseck.

Le FC Belvès n’est rentré que vers 20 heures où l’attendait son équipe réserve pour une quatrième mi-temps. « On était vraiment fatigué, physiquement mais surtout psychologiquement car il fallait garder son sang-froid, assure Florian Sorton. Dans la semaine, on en a parlé entre nous mais ça a pris une autre dimension ces derniers jours avec la médiatisation autour de ce match. » Et ce n’est pas fini car les sollicitations sont nombreuses !

SHARE