En Normandie, les arbitres veulent exercer leur « droit de retrait »

Alors que la Ligue de Normandie a reporté toutes ses rencontres à cause des intempérie, les arbitres avaient fait le choix de ne pas se déplacer sur les terrains.

Ouf ! On ne verra pas de matchs de championnat régional sans arbitre ce week-end en Ligue de Normandie. Celle-ci a annoncé ce vendredi après-midi un report complet des compétitions. « Les conditions climatiques actuelles et à venir, et les nombreux arrêtés municipaux de ces derniers jours nous contraignent à annuler toutes les rencontres régionales programmées les 14 et 15 décembre 2019 » indique le communiqué.

Mais est-ce vraiment la seule raison ? Pas certain… Car mercredi soir, la commission régionale de l’arbitrage (CRA) avait décidé de retirer tous les arbitres des rencontres du week-end. Imaginez donc un match de Régional 1 avec un arbitre bénévole… En parallèle, de nombreux arbitres avaient fait le choix de faire valoir leur droit de retrait. Selon plusieurs sources concordantes, ils étaient plusieurs dizaines à ne pas vouloir arbitrer ce week-end.

Cette indignation est venue des trois agressions qui se sont déroulées ces quinze derniers jours, dont deux le week-end dernier. « C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, a témoigné Jérémy Pikorki sur Actu.fr Maintenant, ce type de comportement doit cesser. Ce n’est plus du football, c’est de la violence et c’est inadmissible. » Les chiffres de la violence et des incivilités sur les terrains de football amateur sont restées stables en pourcentage en 2018-2019, comme nous l’a affirmé la FFF.

Mais le nombre d’agressions augmentent au même titre que le nombre de rencontres jouées. Il n’y a donc pas de réelle amélioration, malgré les différents programmes mis en place depuis plusieurs années, notamment le Plan Éducatif Fédéral (PEF). Lors du dernier week-end avant la trêve, il est possible que les arbitres normands poursuivent leur droit de retrait afin de montrer qu’il est difficile d’organiser des matchs sans officiels.

SHARE