En l’absence de dérogation, les clubs se débrouillent pour s’entraîner

Photo Philippe Le Brech
Bannière stages Louza

Entraînements le week-end ou à l’aube et en journée la semaine, les clubs amateurs tentent de se débrouiller sans dérogation au couvre-feu.

Cette semaine, de nombreux clubs engagés au sixième tour de coupe de France ont reçu l’aval de leur municipalité pour avoir une dérogation au couvre-feu afin de s’entraîner après 18 heures. Mais dans certains départements, comme la Loire-Atlantique, le Préfet a décidé que ce n’était pas possible. En Pays de la Loire, aucune dérogation n’a d’ailleurs été acceptée par les services de l’Etat.

Ce qui n’est pas un cas isolé puisque très peu de Préfectures ont autorisé les clubs amateurs à déroger au couvre-feu. ce qui n’est pas sans poser de problèmes pour que les techniciens puissent préparer leurs joueurs. En Normandie, le FC Flers a d’ailleurs déjà décidé de déclarer forfait.

« C’est avec un mélange d’incompréhension, de tristesse, d’amertume, de colère mais surtout de fierté́ quant au sens de la responsabilité́ que nous vous annonçons que le FC Flers ne jouera pas son match de 6ème tour de Coupe de France contre Rouen (N2) » ont notamment indiqué Christian Cases et David Lottin, les co-présidents du club de l’Orne.

Une dérogation nationale en attente

Une décision qui pourrait être prise par d’autres clubs comme l’US Tourcoing (Régional 1) qui doit affronter l’US Boulogne Côte d’Opale (National). L’US Mozac (Régional 3) doit aussi affronter un adversaire de l’antichambre du monde professionnel et l’idée a traversé l’esprit des dirigeants. Mais ce ne sera finalement pas le cas.

« N’ayant pu s’entraîner mercredi, jeudi et vendredi du fait du couvre-feu à 18 heures, et malgré cette nouvelle déception, les joueurs ont réagi avec fierté, nous a confié Stéphane Perrier, le vice-président du clubOutre samedi après-midi ils ont proposé de s’entraîner la semaine prochaine lundi, mercredi et vendredi de 6h15 à 7h45. Nous sommes très fiers de notre groupe ! »

Sans dérogation au couvre-feu, de très nombreux clubs ont d’ailleurs choisi de positionner des entraînements tôt le matin. C’est le cas pour un des derniers représentants de District encore en lice, l’AS Heimsbrunn (D1). « Nous aurons une première session entre 6 h 30 et 7 h 30 avec huit à dix joueurs. Puis un autre groupe viendra au moment de la pause déjeuner, entre midi et deux » a expliqué Nicolas Heitz, l’entraîneur alsacien au quotidien l’Alsace.

Ce qui a tout de même des conséquences sur les organismes de tous ces amateurs qui doivent enchaîner séances et travail toute la semaine avant de reprendre la compétition. La Fédération Française de Football avait demandé au Gouvernement une dérogation nationale pour tous ces clubs qualifiés en coupe de France… mais celle-ci tarde à venir. Et les clubs sont bien obligé de se débrouiller !

SHARE