Le siège de la Ligue Centre Val de Loire a été hypothéqué !
Le siège de la Ligue Centre Val de Loire. (Capture d'écran Google)

Depuis la rébellion des clubs sur le budget de la Ligue Centre Val de Loire, qui a amené la démission du comité directeur, ceux-ci veulent être maîtres de la future élection.

Après la démission du comité directeur de la Ligue Centre Val de Loire, le 31 octobre dernier, une nouvelle élection doit avoir lieu au mois de janvier. Le président du District du Cher, Antonio Teixeira, s’est porté candidat soutenu par les présidents des autres Districts. Mais une autre liste a aussi vu le jour. Selon nos informations, c’est le président d’un club tourangeau, expert-comptable de profession, qui serait à la tête de cette deuxième liste avec notamment François Dumon ou encore Eric Thomas.

Par contre se pose la question du mode de scrutin. Aujourd’hui, les délégués des six  Districts représentent 56% des voix contre 44% pour les clubs de Ligue. Ce que certains dénoncent à l’image de François Jacob dans une lettre aux clubs le week-end dernier. « Les six Présidents de District, membres de droit du Comité directeur, sont étroitement associés à cet échec (celui de la Ligue et les 544 000 euros de déficit, N.D.L.R.), explique le président du Blois Foot 41. Ils ne peuvent donc pas nous affirmer qu’ils n’étaient pas informés et qu’ils feraient mieux demain. »

« Remédier à cette anomalie démocratique ! »

Le chef d’entreprise, qui a annoncé se retirer de son club en fin de saison, va plus loin dans son analyse. « J’ai découvert que dans les statuts actuels de la Ligue du Centre Val de Loire, l’Assemblée générale pouvait légalement se tenir sans la présence d’un seul club car seulement 12 délégués par District représentent tous les clubs départementaux. En effet, le quorum qui est fixé à 1853 voix est atteint par la seule présence des 72 représentants des Districts qui disposent de 2080 voix (soit 56% des voix), alors que les 115 clubs de Ligue ne disposent que de 1625 voix (soit 44% des voix). »

François Jacob demande donc aux clubs de se mobiliser pour changer ces statuts. « Cela signifie que les clubs ne sont plus maîtres de leurs décisions, et par voie de conséquence de leur avenir. Il faut donc, là encore dans l’urgence, remédier à cette anomalie démocratique. Nous sommes encore une des rares Ligues à fonctionner avec des représentants de Districts. » Avec de nombreux soutiens, il demande donc une assemblées générale extraordinaire afin que tous les clubs de la Ligue puissent être maître de leur destin… ce qui semble le plus logique du Monde !

PARTAGER