Lors d’un match de U18 à Reims, plusieurs dizaines de personnes ont envahi le terrain en frappant les joueurs avec des battes de base-ball. Hallucinant !

Samedi après-midi, au stade de CREPS de Reims, l’AS Taissy recevait le FC Neuvillette pour une rencontre de Départemental 2 U18. Mais la rencontre s’est bien déroulée, l’après-match a été très mouvementé. « En raison du contexte sanitaire, le match se jouait à huis clos et les grilles étaient fermées, raconte un des éducateurs présent au match à L’Union. On a vu les individus se rassembler peu à peu, puis ils ont défoncé un grillage et nous ont foncé dessus. Ils étaient entre 40 et 50, armés de barres de fer, de battes de baseball et même de haches. »

Une vison d’horreur pour les acteurs de ce match. « On a appelé la police, mais le temps qu’elle arrive, on était obligés de partir au plus vite, poursuit cet éducateur qui a souhaité rester anonyme. Nous autres éducateurs, on a très vite compris que vu leur nombre, on ne pourrait pas protéger nos jeunes. On a tous dû s’enfuir. » Comme l’explique le quotidien rémois, les jeunes joueurs ont dû courir, paniqués, sans réellement savoir où ils pourraient échapper aux agresseurs.

« Certains se sont cachés dans des jardins, d’autres dans des maisons, d’autres ont couru en direction de Bezannes, poursuit le témoignage dans l’Union. Mais le groupe violent nous poursuivait. Certains avaient une voiture et ils ont pris en chasse un de nos jeunes. Ils ont essayé plusieurs fois de l’écraser ! Ils ont fini par attraper deux joueurs et ils les ont roués de coups. Ils n’arrêtaient pas de leur taper dessus. C’était terrifiant. »

De multiples fractures au bras pour un joueur

La Police est ensuite arrivée au stade du CREPS. Selon une source policière, huit personnes ont été interpellées dont six mineurs. Ils ont tous été relâchés. Parmi les jeunes agressés, trois joueurs de La Neuvillette Jamin ont été hospitalisés dont deux sérieusement, un pour « de multiples fractures aux bras » et un autre qui souffre de « blessures aux ligaments sur une épaule et un poignet ». Ce lundi, leur club a publié un communiqué dans lequel il indique notamment avoir déposé plainte à l’hôtel de Police de Reims.

La commission de discipline du District de la Marne va devoir se saisir du dossier mais la justice va aussi faire son travail après les interpellations de samedi. Car il ne faudrait que ce genre de scène se reproduise car comme l’avouait un dirigeant présent au match, « c’est un miracle qu’il n’y ait pas de morts ! » Des faits qui confirment aussi une hausse des violences lors des matchs de catégorie jeune.

PARTAGER