Bannière stages Louza

Mardi 28 juillet, Les Herbiers (National) et Fontenay-le-Comte (CFA) ne joueront pas à La Chaize Le Vicomte comme c’était prévu. La cause ? Le club vendéen a préféré passer son tour à cause de frais trop importants à engager. « Le forfait demandé par la Fédération Française de Football pour l’organisation de cette rencontre est de 800 euros auxquels il faut rajouter 150 euros de frais de dossier, rapporte Gaël Antoine, le président vicomtais. Le but est de gagner un peu d’argent pour le club. Ce qui nous paraissait très compliqué. » La rencontre aura donc lieu à Pouzauges.

La FFF impose en effet des frais pour l’organisation de matchs avec des clubs de Ligue 1, Ligue 2 et National. Ceux-ci peuvent ainsi monter jusqu’à 2 300 euros pour une confrontation entre clubs de Ligue 1 (voir tableau ci-dessous) ! Si le match de gala comprend une formation de Ligue 1 ou de Ligue 2, ces frais sont de 1 450 euros comme ce fut le cas à Chantonnay avec Luçon (National) – Niort -Ligue 2). Il faut souvent ajouter des frais de restauration pour les équipes voir même, quelque fois, des frais de déplacement.

Les belles affiches peuvent rapporter gros

Si ces sommes peuvent paraître importantes, elles couvrent les frais de déplacement des arbitres ainsi que les assurances inhérents. Le succès de ces matchs se fait donc au niveau de l’affiche comme ce fut le cas à Mouilleron-en-Pareds avec le derby de National entre Les Herbiers et Luçon.

« On a eu la chance d’avoir une affiche intéressante entre deux clubs vendéens, qui en plus vont se rencontrer lors de la première journée de championnat », explique David Cottreau, le président mouilleronnais qui avoue « avoir réalisé des bénéfices sur l’organisation de cette rencontre ».

Mais les clubs peuvent avoir encore plus de retombées. L’US La Baule Le Pouliguen et le Saint-Nazaire Atlantique Football ont certes dû payer de lourds droits d’organisation pour accueillir le FC Nantes cette semaine. Et le succès populaire a bien été au rendez-vous avec 3 700 spectateurs à La Baule (contre le FC Lorient) et 5 000 spectateurs à Saint-Nazaire (contre Bournemouth).

En conclusion, les clubs qui disposent d’installations permettant d’accueillir plusieurs milliers de spectateurs peuvent se permettre d’attirer des clubs professionnels avec la quasi-certitude de faire de substantiels bénéfices ! Même chose pour les clubs avec des structures plus petites qui organisent des confrontations avec des clubs de CFA ou CFA2… ce qui ne nécessite beaucoup mois de frais.

SHARE