Image d'illustration Adobe. © sunnybright

Un jeune gardien de but de 10 ans est décédé samedi dernier à la suite d’un contact involontaire à la tête. Un accident qui a beaucoup ému le football amateur.

Samedi 25 février, Lissac-et-Mouret (Lot). Le jeune Emile a été percuté involontairement à la tête lors d’un match de la catégorie U11 entre son club, l’Entente Foot Azur Cardaillac, et l’Élan Marivalois. Après avoir perdu connaissance, le gardien de but de 10 ans a fait un arrêt cardiaque avant de décéder dimanche matin à l’hôpital de Purpan à Toulouse.

« Dès qu’on a compris la gravité de l’accident, nous avons fait sortir les enfants du terrain, explique Jérôme, responsable des U11 de l’Élan marivalois, au quotidien La Dépêche. Tandis que les secours étaient prévenus et les premiers gestes de secours pratiqués sur le jeune gardien de but à terre, des parents encadraient les groupes jusqu’aux vestiaires et s’organisaient pour leur faire quitter les lieux au plus vite. »

« On n’est jamais préparé à ce genre de chose ! »

Ce genre d’accident reste extrêmement rare dans le football, que ce soit en jeunes ou en seniors. « On est incapable d’expliquer ce drame, poursuit le technicien. C’était une action de jeu comme on en voit chaque samedi, un choc entre un joueur et un gardien. » Tous les enfants présents samedi dernier ont été pris en charge, que ce soit dans leurs clubs ou dans les neuf écoles primaires concernées.

Le décès d’Emile a beaucoup ému le football amateur, dans le Lot mais aussi au-delà. « C’est terrible car on n’est jamais préparé à ce genre de chose, souligne Lionel Duarte, le manager général du SC Beaucouzé (Maine-et-Loire). Mais tu es obligé d’y penser quand tu entraînes des enfants. » De nombreux techniciens avouent d’ailleurs « une totale impuissance » vis à vis de ce type de drame. L’émotion est forte et elle le sera sur tous les terrains du Lot samedi et dimanche avec une minute de silence. Mais de nombreux clubs à travers toute la France ont aussi décidé de rendre hommage au jeune gardien de but.

PARTAGER