Nourredine El Ouardani (à gauche) continue la préparation sans avoir s'il jouera en N2 ou en N3. (Photo Jérôme Bouchacourt)

De la Ligue 2 au National 3 en tout juste douze mois. Après la FFF, c’est le Comité Olympique qui a confirmé que le Tours FC ne peut être repêché.

Le 17 août, le Tours FC ouvrira sa saison à Orléans. Il y a quelques mois, c’était une affiche de Ligue 2… mais cette fois le club tourangeau se déplacera dans le Loiret pour affronter la réserve de l’USO. Car les voix de recours s’amenuisent au fil des jours et cette fois, c’est le Comité Olympique et Sportif Français (CNOSF) qui a débouté le TFC en lui proposant se tenir à la décision de la commission d’appel de la DNCG.

Cela veut surtout dire que Jean-Mars Ettori n’a pas apporté les preuves d’une erreur de la FFF. Car le CNOSF juge sur le fond du dossier, c’est à dire savoir s’il y a eu une incohérence juridique – et il ne regarde pas si le président du club a apporté les garanties financières… deux mois après la fin de la saison. Car cela, il fallait le faire avant de se présenter devant l’instance d’appel.

Si le communiqué du 15 juillet du Tours FC indique que le club étudie « toutes les voies de recours ouvertes afin de faire valoir ses droits et rétablir la vérité », il ne reste plus que le Tribunal Administratif. Et avec une conciliation négative du CNOSF, il sera très compliqué de trouver des arguments afin d’amener le TA à prendre une décision de réintégration en National 2.

Côté sportif, de nombreux joueurs ne sont toujours pas licenciés au club. Et si le TFC est pour l’instant séduisant – avec une victoire 9-1 sur l’AS Montlouis (N3) samedi dernier – le visage de l’équipe qui débutera le championnat est encore à polir.

PARTAGER