Laissé libre par le FC Nantes l’été dernier, le défenseur de 26 ans a retrouvé le monde amateur en signant à Croix (National 2). Il se confie sur ces derniers mois.

Que s’est-il passé après l’UNFP* cet été ?

 « Ce n’était pas évident, ça a été comme un coup d’arrêt de ne pas avoir de club début septembre. Inconsciemment, j’ai baissé en intensité dans mes entraînements. C’était dur mentalement. Puis je me suis remotivé et je suis allé voir les clubs. »

Et tu n’as pas réussi à trouver ?

« Dunkerque ne pouvait pas me proposer un contrat. Valenciennes n’avait pas besoin d’un joueur de mon profil même si j’intéressais l’entraîneur. J’ai aussi été voir Boulogne. Après plusieurs refus, je me suis demandé si je ne devais pas anticiper l’avenir. »

C’est-à-dire ?

« J’avais envie de devenir architecte d’intérieur. Je suis donc retourné sur les bancs de l’école. Ça n’a pas été facile de rester assis sept heures par jour, j’en avais même des crampes (rire). »

Et comment es-tu arrivé à Croix ?

« J’avais quelques touches en Ligue 2 et National donc je voulais rester en forme. Je me suis donc entraîné avec Croix depuis le mois d’octobre. Mais comme aucune des pistes que j’avais ne s’est concrétisée, je me suis engagé avec le club en janvier. »

« Je me suis senti bien dès le départ ! »

Ça n’a pas été difficile de revenir dans le monde amateur ?

« Croix est premier de son groupe de National 2 et réalise un super-parcours en coupe de France. Je me suis senti très bien dès le départ. J’ai aussi retrouvé quelques anciens joueurs que j’avais connus à Lille. Ce groupe vit très bien, avec une excellente ambiance. J’avais connu cette situation pendant quelques dans un club de D4 espagnol et ça reste une superbe expérience. Et puis ça reste des clubs avec beaucoup de valeurs. »

La disparition d’Emiliano Sala n’a-t-elle pas été trop douloureuse ?

« J’en ai parlé avec Koffi (Djidji) et d’autres anciens coéquipiers. Mais on est resté sobre sur le sujet. Ce n’est pas évident à vivre car on a passé de bons moments ensemble. »

Comment abordez-vous ce match face à Dijon en coupe de France ?

« On les respecte mais je crois dans nos chances car on a du potentiel pour créer l’exploit devant notre public. Il ne faudra rien lâcher. »

*Laissé libre par le FC Nantes à l’issue de la saison dernière, David Alcibiade a participé aux stages de l’UNFP cet été.


PARTAGER