Pierre Michel (en survêtement au centre) a arbitré un match de Départemental 1 dimanche dernier. (Photo Sébastien Gaudard - La Nouvelle République)

Alors que les arbitres étaient en grève le week-end dernier, Pierre Michel, journaliste à La Nouvelle République, a arbitré un match de D1. Il raconte cette expérience.

Lorsque les arbitres du Loir-et-Cher ont confirmé leur retrait des terrains pour le week-end des 18 et 19 janvier, une idée a germé dans la tête de notre confrère Pierre Michel, journaliste de La Nouvelle République à Blois. « Je me suis dit que j’allais demander à arbitrer un match, raconte-t-il. J’ai contacté le District et m’a proposé un match de jeunes ou une petite division. »

Que nenni ! Cet ancien joueur de Division d’Honneur a souhaité officier sur une rencontre de l’élite départementale. Et son choix s’est porté sur Portugais de Blois – Villebarou. « Je ne le savais lorsque j’ai choisi ce match mais il existait un fort contentieux entre les deux clubs » confie ce journaliste expérimenté qui a vécu plusieurs coupe du Monde. Mais avant de pouvoir arbitrer, il a dû prendre une licence mais aussi « aller faire deux ou trois footings pour retrouver un semblant de condition physique ».

Avec la présence de Jean-Michel Denonin, vice-président délégué du district, et Laurent Czwojdzinski, le président départemental de l’Union nationale des arbitres de football (UNAF), Pierre Michel a donc arbitré son match… non sans mal ! « Je suis super content d’avoir fait cette expérience mais c’était quand même chaud sur certaines décisions, souligne-t-il. Il y a même eu une équipe qui a voulu quitter le terrain. Mais globalement, j’ai essayé d’être psychologue sur chaque décision. »

« Je ne vous regarderai plus jamais comme avant ! »

Même si une échauffourée s’est déroulée après le coup de sifflet final – « une scène surréaliste ! » – le journaliste de La Nouvelle République a été félicité par les deux équipes. « Ils m’ont dit que c’était bien car j’étais neutre, que si ça avait été quelqu’un de l’un ou l’autre club qui avait arbitré, le match ne se serait peut-être pas terminé » indique-t-il. Le match retour entre les deux clubs, le 17 mai prochain à Villebarou, promet d’ailleurs d’être tendu !

« C’était ma première expérience d’arbitre et ce sera aussi la dernière, conclut Pierre Michel. Après quelques heures de recul, et considérant les mots gentils que la plupart des joueurs et dirigeants sont venus me glisser une fois la tension retombée, je n’ai aucun regret de l’avoir vécue. Messieurs (et mesdames) les arbitres, je ne vous regarderai plus jamais comme avant ! »

>>> A lire le reportage complet sur La Nouvelle République

PARTAGER