Stade Vabres-l'Abbaye
Les Tarbais sont arrivés en courant au stade municipal de Vabres-l'Abbaye... mais trop tard. (Capture d'écran Google)
Bannière stages Louza

C’est une histoire rocambolesque qui s’est passé à Vabres-L’Abbaye samedi soir où les Tarbais sont arrivées en retard après s’être trompé de commune.

Samedi soir, l’AS Vabres-l’Abbaye (Départemental 2) recevait le Tarbes Pyrénées Foot (Régional 1) pour le compte du quatrième tour de la coupe de France. Mais le match n’a jamais eu lieu car le club des Hautes-Pyrénées est arrivé en retard. La cause ? Une erreur dans le nom de la commune !

« C’est un concours de circonstances, a expliqué un contact tarbais à Centre-Presse Aveyron. Le chauffeur avait rentré son itinéraire. Puis à Albi, un dirigeant serait intervenu pour dire que Vabre était à Rodez, car il y allait en N2 ou N3. Et rien ne leur a souri au cours de la journée. Ils sont pourtant partis vers 11h45. Il y a eu aussi une course cycliste dans un village traversé, puis une fois arrivé là-bas, le bus ne pouvait passer le pont, ils ont fini en courant. »

A Vabres-l’Abbaye, on attendait patiemment le club de Régional 1. « Ils ont appelé une première fois pour dire qu’ils arriveraient vers 18h15, puis 18h25, ils n’arrivaient jamais, a indiqué Johan Mourao, l’entraîneur du club de Départemental 2 au quotidien aveyronnais. Ensuite, les arbitres et délégués ont pris la décision. Apparemment, c’est le règlement. Ils sont arrivés en courant et changés en plus. Il devait être autour de 18h50-55. »

A Vabres-l’Abbaye, l’entraîneur de Tarbes furieux de ne pas jouer

L’article 10.1.3 du règlement de la coupe de France indique en effet « En cas d’absence de l’une des équipes (ou des deux), celle-ci est constatée par l’arbitre un quart d’heure après l’heure fixée pour le commencement de la partie. Les heures de constatation de la ou des absences sont mentionnées sur la feuille de match par l’arbitre ». En arrivant avec 50 minutes de retard, il était donc impossible de faire jouer le match.

« C’était incroyable, ils étaient déçus, a précisé Johan Mourao à Centre-Presse Aveyron. En discutant avec un jeune de leur équipe, il nous a dit : “On pourrait faire un amical, maintenant qu’on est là”. Le coach était en colère, il lui a rétorqué : “Non, on se barre”. » Philippe Ciccarelli n’a en effet pas apprécié que l’arbitre ne veuille pas faire jouer la rencontre. Au bout de cinq minutes, les Tarbais sont donc remontés dans le bus ! Le retour de Vabres-l’Abbaye vers la Préfecture des Hautes-Pyrénées a dû être tendu.

Et pour la petite histoire, dans une interview sur le site de la Ligue d’Occitanie, le président vabrais Alexandre Cambon avait avoué « nous pouvons espérer qu’ils ne trouvent pas le chemin du stade » sur le ton de l’humour. Son vœu a été exaucé et son équipe sera bien présente au cinquième tour de la coupe de France !

SHARE