Sallaumines 2
La joie des Sallauminois après leur qualification pour le quatrième tour. (Photo Club photo sépia 87 Sallaumines)

Si lors de la saison 2014/15, l’AOSC Sallaumines avait déjà atteint le cinquième tour de la Coupe de France, le club va affronter le plus grand adversaire de son histoire ce week-end.

Un monde d’écart sépare l’AOSC Sallaumines et l’AFC Compiègne. Pourtant pour ce quatrième tour de Coupe de France, le pensionnaire de District 5 – un des deux petits poucets – va bel et bien se mesurer à l’actuel 13e de National 3 au sein de la poule Hauts-de-France. « C’est une affiche rêvée, affirme l’entraîneur David Stolarczyk. On aurait aimé tomber contre eux un peu plus tard dans la compétition pour finir en beauté mais on va donner notre maximum. On ne sait jamais ce qu’il peut arriver mais on s’attend à un match difficile. »

Au moment du tirage au sort, ses joueurs sont vite passés de la frustration à la joie. « On aurait voulu avoir la possibilité de passer un tour supplémentaire mais avec du recul, tout le monde est content. Ce sera une belle fête et tous les joueurs sont déjà à fond dans le match. Et puis ils n’auront sûrement pas l’occasion de rejouer contre une équipe de ce niveau. Il faut en profiter au maximum. »

Forcément à l’idée de jouer cette rencontre de gala, l’ensemble de son effectif est motivé à 100 %. Mais attention à l’excès de confiance. « Malgré la victoire de ce week-end, nous n’avons pas fait un gros match, concède le technicien. C’est une bonne piqûre de rappel, on doit rester concentré et ne pas céder l’euphorie. » De toute façon, l’unique objectif du club est de décrocher la promotion en D4 d’ici la fin de la saison.

« Pour un petit club comme le nôtre c’est énorme à payer ! »

Président de l’AOSC Sallaumines depuis maintenant quatre saisons, Tony Druon a du pain sur la planche pour la préparation de ce quatrième tour de Coupe de France. « J’ai un rendez-vous avec la mairie ce soir pour organiser le match, confie-t-il. Au niveau des installations, il n’y a aucun problème puisque tout est sécurisé, on dispose d’une tribune et d’un bon terrain. On va préparer ce match comme si c’était un match de championnat. On n’aura pas de pression. »

Même si d’un point de vue financier, le club est bien aidé par la commune, l’argent que le club va générer lors de cette rencontre ne rentra pas dans ses caisses. « Vu les arbitres que nous avons pour ce match, les entrées vont servir à payer les arbitres et la Ligue. Un arbitre doit faire 133 km aller et retour pour cette rencontre. Forcément pour un petit club comme le nôtre, c’est énorme à payer. »

SHARE