Canet-Roussillon FC
Les joueurs de Canet-Roussillon FC lors du huitième de finale de coupe de France la saison dernière. (Photo CFRC)
Bannière stages Louza

L’exploit n’est une nouvelle fois pas passer loin pour Canet-en-Roussillon (National 2) qui a longtemps fait trembler Montpellier (Ligue 1) avant de céder dans les dernières minutes du match (1-2). Jérémy Posteraro et ses partenaires s’arrêtent en quart la tête haute, après un parcours qui restera longtemps dans les mémoires.

Le bourreau du petit poucet s’appelle Andy Delort. L’international algérien, auteur d’une excellente saison par ailleurs, a retiré une belle équipe du pied à son équipe en inscrivant un doublé en seconde période, suite à deux coups de pied arrêtés.

Canet a pourtant longtemps mené au score après l’ouverture de la marque par Ouadoudi sur pénalty, après une faute d’Hilton également exclu sur l’action. Les Catalans ont montré les mêmes qualités que lors des tours précédents : justesse technique, rigueur tactique, abnégation… Mais cela n’a cette fois-ci pas suffi pour faire tomber un nouveau pensionnaire de l’élite après l’Olympique de Marseille, éliminé lors des 16èmes de finale de la coupe de France.

« Nous sommes forcément déçus du résultat final, a confié le milieu Yohan Bai à l’Indépendant. Nous avons été surpris par leur changement de rythme en début de deuxième période. Et après, nous concédons ces deux buts. Le plus frustrant, c’est de se dire que nous l’avons touché du doigt, que nous sommes passés très près. »

Pour le déroulé de ce quart de finale, nous vous invitons à (re)lire notre direct commenté du match.

SHARE