Nicolas Marie Saint-Vigor-le-Grand
Nicolas Marie a vécu un dimanche exceptionnel en arrêtant cinq penaltys. (Photo AS Saint-Vigor-le-Grand)

Au deuxième tour de coupe de France, Nicolas Marie a stoppé trois penaltys durant le match puis deux lors de la séance de tirs aux buts. Exceptionnel !

C’est peut-être un record dans l’histoire de la coupe de France ! Ce dimanche, au deuxième tour de l’épreuve, Nicolas Marie a arrêté cinq penaltys ! le gardien de l’AS Saint-Vigor-le-Grand, club de Régional 3 Normandie, a en effet dégoûté les attaquants de Ducey-Isigny, une formation de Régional 1. Surtout qu’il en sort deux dans le temps additionnel pour emmener son équipe à la séance de tirs aux buts. Une performance qui a fait le buzz ce lundi !

« Je ne pensais pas que cela allait prendre autant d’ampleur, avoue humblement le portier de 29 ans. Mon coach m’a appelé pour me dire que des tas de médias voulaient m’appeler. Que ce soit au niveau local, je comprends mais au niveau national ! » Il a d’ailleurs eu du mal à réaliser cette performance exceptionnelle. « Ce n’est pas commun mais ce n’est pas facile de prendre du recul quand tu es dans ta bulle, confie-t-il. Je m’en rends un peu plus compte grâce à l’engouement que cela provoque. Car c’est vrai que le scénario est complètement fou ! »

« J’aime bien ce système de un contre un ! »

Nicolas Marie raconte les trois premiers arrêts qui ont eu lieu durant la rencontre. « A la demi-heure de jeu, l’arbitre a sifflé le premier penalty, que j’ai sorti sur ma droite. Il a sifflé le deuxième à la 95e minute alors qu’on tenait le match nul (0-0). C’était le même tireur donc on s’est un peu chambré. Il a tiré du même côté et je l’ai repoussé une nouvelle fois. Mais un de ses coéquipiers a suivi, je me suis jeté dans ses pieds… et l’arbitre a sifflé un nouveau penalty. Le tireur a changé, tiré de l’autre côté mais je l’ai encore arrêté ! »

Gardien expérimenté du niveau régional, ce chef de secteur de la grande distribution n’a pas vraiment d’explication sur cet état de grâce. « C’est un mélange de chose étrange et surréaliste, assure-t-il. Il y a forcément une part de chance, toutes les planètes étaient alignées ce dimanche ! Car je ne peux pas dire que je suis un spécialiste des penaltys. Mais j’aime bien ce système de un contre un face à un joueur car il faut que tu orientes le tireur pour le mettre un peu dans le doute. »

Cette nouvelle notoriété ne vas pas non plus le bouleverser. « Il faut prendre du recul, concède Nicolas Marie. Le foot va très vite. Je suis surtout content de la qualification, qu’on parle du club. le football ne me fait pas manger à la fin du mois donc c’est à nous de profiter du charme de la coupe de France. » Et de continuer l’aventure dans la coupe de tous les possibles !