Coupe de France : l’incompréhensible communication de la FFF et du Ministère des Sports

C'est un gros couac pour la FFF
Le siège de la FFF. (Photo Jérôme Bouchacourt)

C’était sans doute imaginé par nos instances comme une bonne nouvelle. C’est en train de devenir un joyeux bordel, si vous nous autorisez l’expression, devant lequel tous les acteurs du football s’interrogent, voir s’indignent.

Ce matin nous vous révélions que les clubs amateurs allaient pouvoir s’entraîner en vu de reprendre la coupe de France. « Enfin » était alors le mot dans la plupart des bouches. Le timing de la décision était d’ailleurs curieux alors que cette mesure aurait pu (dû?) être mise en place en décembre, au moment de l’allègement des restrictions, et qu’elle intervient seulement aujourd’hui dans un contexte sanitaire plus incertain, alors que les mesures du gouvernement se durcissent.

L’information était officialisée par la Fédération quelques instants plus tard. Avec une première pilule. Le premier match de la compétition est en effet fixé au week-end des 30 et 31 janvier prochain. Dans 10 jours. On rappelle que les compétitions se sont arrêtées il y a plusieurs mois (sauf pour les équipes de N1, ce qui n’est déjà pas sans poser un vrai soucis d’équité et de sécurité dans les matchs les opposant à des formations évoluant dans des plus petits niveaux) et que les entraînements avec contact ne sont toujours pas autorisés. Et, donc, on programme un premier match dans 10 jours… Le pire dans tout cela, c’est que ce ne fut pas la plus invraisemblable information de la journée.

Plusieurs entraîneurs nous posaient en effet une question autour des dérogations au couvre-feu puisque ce n’était pas stipulé dans la communication fédérale… Il nous semblait tellement évident que des amateurs ne pourraient pas s’entraîner en semaine sans cette dérogation qu’elle nous paraissait aller de soi.
C’était sans compter sur nos chères instances. Interrogé sur les réseaux sociaux, le Ministère des Sports indiquait que « la seule dérogation au couvre-feu qui existe dans le domaine du sport concerne les sportifs professionnels et de haut niveau ainsi que les sportifs en formation professionnelle ou universitaire ». Roxana Maracineanu confirmait au micro de RMC qu’il n’y aurait pas de dérogation pour les clubs amateurs de football.

Une annonce qui surprenait jusque dans les couloirs… de la FFF où selon nos informations on s’imaginait aussi qu’une dérogation allait de soi. En cette fin de journée c’est l’incompréhension à tous les étages : des entraîneurs ne savent pas comment s’organiser pour les entraînements (avec un match dans 10 jours), les Ligues ne savent pas quoi leur répondre, quand elles répondent (une réunion entre la FFF et ces dernières serait prévue seulement ce mercredi) et au sommet de la chaîne on a visiblement du mal à comprendre 1) que pour jouer dans 10 jours il va falloir se préparer 2) que quand on est amateur on ne peut pas s’entraîner en journée. Des évidences ? Visiblement pas pour tout le monde.

Une petite phrase qu’on nous a glissé cet après-midi nous semble résumer à merveille la situation : « Est-ce qu’il y a un pilote dans l’avion ? » En cas contraire, il serait urgent d’en trouver un. L’appareil football amateur n’est plus très loin de se crasher…

SHARE