Les Bisontins ont visité l'île de Moorea ce jeudi. (Photo Racing Besançon)

Les deux clubs ayant eu la chance de partir affronter des clubs ultra-marins vont devoir aller chercher leur qualification après une semaine au soleil.

Depuis lundi, le FC Versailles 78 et le Racing Besançon sont de l’autre côté de la planète… au soleil. Les deux clubs ont eu la chance de partir en voyage pour ce septième tour de coupe de France, ce qui reste un moment inoubliable pour la plupart des joueurs. Mais la fête sera plus belle en cas de qualification.

Après presque 20 heures de vol, Versaillais et Bisontins sont donc respectivement arrivés à la Réunion et en Polynésie. Mais ils ont dû avaler un décalage horaire bien différent, trois heures pour les premiers et onze heures pour les deuxièmes. Mais surtout, ils ont dû s’adapter à une météo bien différente qu’en Métropole avec des températures qui avoisine les 28° et un taux d’humidité très important (entre 70 et 80%).

Grégory Thil (Besançon) heureux d’aller jouer à Tahiti

« La fédération tahitienne a été super agréable et réactive à toutes nos demandes comme celles de packs d’eau qui sont sur place à chaque début d’entraînement, se félicite Alain Ellenrieder, dirigeant du Racing Besançon sur le site du club. On a pu s’entraîner dans de bonnes conditions malgré la chaleur avec les équipements prêts le jour J. »

Mais l’intendant bisontin a aussi dû faire face aux caractéristiques locales. « J’ai été obligé de préparer un équipement par entraînement car avec la chaleur, il n’est pas possible de garder le même deux jours de suite » ajoute-t-il. Mais comme chaque club qui est parti Outre-Mer ces dernières saisons, ce voyage est une opportunité unique pour les joueurs et le staff… même pour ceux qui ont de sacrés pedigrees !

« Si on m’avait dit que j’irais jouer un jour un match de foot à Tahiti, à mon âge » a déclaré Grégory Thil, 39 ans et plus de 400 matchs en Ligue 1, Ligue 2 et National à nos confrères de l’Est Républicain. Auteur d’un doublé samedi dernier à Is-Selongey en National 3, l’attaquant du Racing Besançon sera un des atouts pour la qualification de son club. Car pour que le voyage soit réussi, il faudra ramener la victoire de l’autre bout du Monde.

PARTAGER