FC Chusclan
Le FC Chusclan Laudun réalise un parcours historique en coupe de France. (Photo FC Chusclan Laudun)

Chusclan-Laudun a fait sensation ce week-end. Le pensionnaire de R3 s’est imposé 2-0 contre l’AS Béziers (N2) afin de rejoindre le sixième tour de la Coupe de France.

17h. L’arbitre siffle la fin du match. Chusclan-Laudun ne rêve pas. Le pensionnaire de R3 vient de réaliser l’un des plus gros exploits de ce cinquième tour de la Coupe de France. Les Chusclanais viennent de terrasser l’ogre biterrois sur le score de 2-0. Le club de ce petit village, qui n’avait jusqu’ici, jamais dépassé le cinquième tour de la compétition, vient de s’offrir une qualification tout simplement historique.

« C’est une grande première de battre un club de National 2 et d’accéder au sixième tour de la Coupe de France, affirme l’entraîneur Philippe Morel, présent depuis maintenant douze ans. C’est une grande fierté mélangée avec beaucoup de joie. On sait pourquoi on joue au football, pourquoi on entraîne, pourquoi on dirige, c’est tout simplement pour vivre ces moments-là. »

Un terrain qui aide le FC Chusclan-Laudun

Depuis le début de la saison, à domicile, le FC Chusclan-Laudun peut compter sur son arme fatale. En plus du soutien sans faille de ses supporters et de l’abnégation de ses joueurs, le club comptabilise en effet un autre atout de taille. « Notre terrain, c’est notre porte-bonheur, il faut dire que la pelouse n’est pas très belle (rires), confie le technicien gardois. Attention, notre stade est aux normes, c’est juste que l’herbe n’a pas été arrosée cet été. La pelouse est devenue toute jaune, elle commence à peine à reverdir. Cela fruste nos adversaires. Les différences sont limitées, ils se retrouvent embêtés à chaque fois. »

Une chose est sûre, les hommes de Philippe Morel sont partis chercher ce succès. Ils ne l’auront pas démérité. Ses joueurs se sont montrés exemplaires en mettant deux fois plus d’ingrédients que l’AS Béziers. « Mon équipe m’a surpris. Ils ont mis beaucoup d’envie et de détermination. Pour être honnête, je ne pensais pas qu’on allait tenir le rythme. Mais mes joueurs m’ont fait mentir. Malgré la maîtrise du jeu en première mi-temps, de notre adversaire, on a réussi à se créer quelques situations offensives et à bien défendre. »

Le terrain du stade Ludovic-Labeaume est un peu abîmé en ce début de saison. (Photo FC Chusclan-Laudun)

Le double buteur, un jeune réfugié de 17 ans

Cependant, lors du début de ce second acte, le FC Chustan-Laudun s’est retrouvé dans le dur. L’équipe se retrouve acculée dans son propre camp et n’arrive pas à conserver le ballon. Dans cette période délicate, un jeune homme de 17 ans décide de changer le cours de cette rencontre. Souleymane Diaby. Le jeune attaquant délivre les siens une première fois à l’heure de jeu avant d’entériner l’avenir de cette rencontre en inscrivant un doublé dans le temps additionnel (90+4).

Pourtant rien ne prédestinait Souleymane Diaby à devenir le sauveur du club. Aussi étonnant que celui puisse paraître, le bourreau de l’ASB a pris sa première licence de football cette année, en débarquant comme un cheveu sur la soupe au mois d’août. « On a vu un jeune arrivé à vélo en nous disant je veux faire du football. On l’a testé et on s’est vite rendu compte qu’il avait de grosses qualités. Cela fait désormais trois matches qu’il peut enfin jouer avec nous » explique Philippe Morel.

Pour lui et plus qu’un autre, le stade Ludovic Labeaume apparaît comme une échappatoire, un lieu où il peut se détacher de son passé et profiter de l’instant présent. « C’est un jeune réfugié africain qui vit dans une maison d’accueil, forcément humainement on s’y attache. On est très contents qu’il s’éclate on essaie de lui apporter du bonheur et de la joie, on ne va pas rentrer dans les détails, mais il a vécu énormément de peine dans sa vie. »

« Quatre joueurs sont au club depuis les débutants, c’est une véritable fierté ! »

Son intégration a été facilitée par la présence d’autres jeunes joueurs également présent au sein de l’effectif. « Mes trois attaquants ont entre 17 et 18 ans. Il ne faut pas oublier que nous sommes un petit club de village, donc toutes les catégories d’âge sont mélangées (de 17 ans à 36 ans), souligne l’entraîneur du FC Chusclan-Laudun. J’ai quatre joueurs qui sont au club depuis les débutants et qui ne sont jamais partis, c’est une véritable fierté de les retrouver en équipe séniors. Et vu que cette saison le club n’a pas d’équipe U19, on a surclassé les meilleurs jeunes en équipe première. »

Après ce magnifique parcours, dans la plus grande compétition française, l’exigence de Philippe Morel va monter d’un cran, spécialement en championnat. Pas de place pour l’arrogance ni à la suffisance. Qu’un seul mot d’ordre, le travail. Mais pour l’instant lui et ses hommes vont savourer ce moment inoubliable avant d’avoir rendez-vous avec leur destin au prochain tour contre l’U. Saint-Estève Perpignan (R1).

SHARE