Lenjeu de ce week-end est la qualification... mais aussi les maillots de l'épreuve ! Photo Jérôme Bouchacourt)

Le troisième tour de la coupe de France est un tournant chaque saison pour les plus petits clubs. Un joueur désormais retraité nous parle de ce moment extraordinaire

Tu es un jeune et insouciant footballeur qui découvre le monde senior ? Tu es un moins jeune plutôt adepte des divisions inférieures ? Tu es un habitué du niveau régional et de la coupe ? Un truc vous réunit peut-être en ce moment. Cette chose attise les convoitises, suscite les discussions dans un vestiaire. Si tu en parles c’est que ton début de saison est plutôt réussi mais pourtant tu peux le percevoir comme raté en cas de contre-performance dimanche.

En fait, il y a plusieurs possibilités : soit tu es blasé et peu importe ce qu’il se passe dimanche, soit tu t’en fous parce que tu es de la jeune génération qui ne comprennent pas ce que cela signifie pour nous, anciens, soit tu es dans un état de transe en attendant cette confrontation dominicale. Il ne se joue rien dimanche, ni montée, ni maintien, ni relégation … non non, il se joue bien plus que ça !

Tu vas batailler pour gagner le maillot que tu voudras ensuite arborer à chaque séance d’entraînement pour montrer que tu y étais ce jour-là. On se rappelle tous notre premier maillot de coupe de France !!!!  L’occasion de revenir en arrière et de te raconter mes deux premiers maillots, car à mon poste j’ai eu la chance de le vivre dans deux situations différentes.

Il y a bien des choses qui changent !

Saison 2003-2004, tout juste 17 ans… Pas d’équipe U19 donc intégration dans un groupe senior. Découverte de loin (équipe réserve) de ce que représente un début de saison senior (équipe première en DRH), les différents tours de coupe avant d’entamer le championnat. Et toujours ce rituel du mardi soir où vers la fin de l’entraînement arrive le nom de l’adversaire du week-end suivant en coupe.

Les tours passent, la prépa continue et arrive le tour des maillots. Une semaine comme une autre en fait. Le boulot pour les uns, les études pour les autres et les entraînements du mardi et jeudi. Bref rien de plus banal. Eh bien non ! Il y a bien des petites choses qui changent. Le nombre à l’entraînement tout d’abord, comme s’il était devenu important de cumuler les séances pour que l’entraîneur voit bien les efforts faits et ainsi devenir convocable.

Ensuite, il y a l’intensité des entrainements. Chacun y met un petit peu plus montrer sa détermination et ainsi affirmer sa capacité à être titulaire. Et enfin, il y a les discussions. Elles tournent autour de ce fameux maillot, ceux qui l’ont déjà l’exhibé à l’entrainement au risque de porter la poisse. Si mes souvenirs ne me trompent pas, la poisse je l’ai eu cette fois-là. Non pas que j’allais jouer mais une entorse mal venue m’empêchera de profiter du banc de touche lors de cette confrontation contre une DH de l’époque.

Le sentiment d’avoir fait honneur à ce maillot

Mon amour du football et de ce maillot fera que jamais je ne rechignerais à le porter, même quand il fallut, dix ans plus tard, s’asseoir sur le banc pour avoir le droit d’en profiter. Donc pour cette saison 2002-2003, je me suis vu ravi de récupérer le numéro 16. A ce moment-là, j’ai compris l’importance de ce maillot et les matchs qu’il peut faire vivre…

Il m’a fallu attendre sept ans il me semble pour vivre de nouveau ce super moment. Après des déceptions, des contre-performances, des tirages délicats, le grand jour arriva le 3 octobre 2010. Le stress certainement… le derby du quatrième tour sûrement entre deux DRH et 15 kilomètres seulement quoi nous séparaient ! Toujours est-il que sans un collectif de qualité et une cohésion d’équipe parfaite, une boulette perso aurait pu laisser un gout acerbe de ce premier match avec le maillot . Car ensuite le tirage au sort nous avait offert un cinquième tour contre ce qu’il se fait de mieux dans la Ligue à ce moment-là : un club de CFA jouant le haut de tableau !

Une belle fête, un résultat honorable (défaite 3-1), une prestation collective de qualité, un match plein pour ma part et le sentiment d’avoir fait honneur à ce maillot tant convoité par les footballeurs amateurs. Et il se mérite ce maillot ! Car malgré sept saisons au niveau Ligue, seulement trois maillots sont venus se positionner dans l’armoire aux côtés du numéro 16.

De la sueur et des larmes !

Cette quête et cet amour pour ce maillot peuvent sembler ridicule vu de l’extérieur mais on parle de la seule compétition où sur la ligne de départ tous les clubs de tous les niveaux se retrouvent… et où la chance du tirage peut t’emmener à te confronter à des joueurs que tu n’aurais jamais imaginés (même à des futurs pros pas encore repérés). Plus que le maillot, ce sont les souvenirs de l’adrénaline du troisième tour pour l’avoir et la charge émotionnelle du quatrième tour qui vont rester.

Les maillots, eux, sont rangés dans l’armoire. Un ami ayant rencontré une Ligue 1 m’en avait récupéré un mais ce n’est pas pareil que ceux que l’on gagne sur le terrain. J’ai gardé mon premier de jeune gamin découvrant le monde senior et mon premier en tant que joueur. Mais ils prennent plus de places dans les armoires qu’ils ne sont vraiment utiles. Les souvenirs qu’ils représentent sont dans la tête et le porter à l’entraînement où entre copains n’aura jamais le même gout que ce moment où l’on rentre sur le terrain avec cette tunique sur le dos. Les autres, je les ai donnés à un jeune de mon club qui mériterait de découvrir un jour cette sensation et je lui souhaite.

A tout ceux qui vont disputer cette magnifique rencontre, samedi ou dimanche, je vous envie… je ressens votre appréhension et vos doutes, vos envies d’exploit ou de faire respecter la hiérarchie. Le maillot c’est un collectif ! On bataille pour l’avoir et on bataille pour le conserver. Il doit vous amener des souvenirs par dizaines… des parcours ponctués de grands moments. De la sueur et des larmes, c’est souvent ce qui transparait de ce maillot là et c’est pour cela qu’il passe les époques sans perdre de son aura.

PARTAGER