Le 3 mars 2016, l'US Granville avait affronté l'OM en quart de finale.
Le 3 mars 2016, l'US Granville avait affronté l'OM en quart de finale. (Photo Philippe Le Brech)

Ils sont dix-neuf clubs amateurs à avoir participé à un quart de finale de coupe de France ces trente dernières années. Petit retour en arrière…

Le parcours de Calais en 1999-2000, avec sa finale contre le FC Nantes (0-1), est resté dans les annales de la coupe de France. Mais ces trente dernières saisons, de nombreux clubs amateurs se sont illustrés dans la compétition. Avec notre partenaire Deux-zero.com, nous avons recensé dix-neuf clubs de niveau 4 (National 2 / CFA) et niveau 5 (National 3 / CFA2) qui sont parvenus en quart de finale en sachant que Calais a réussi cette performance deux fois (1999-2000 et 2005-2006).

Depuis 1988-1989, on compte donc dix-huit éditions de la coupe de France avec au moins un club amateur de niveau 4 ou niveau 5 en quart de finale. Si ce n’était pas le cas la saison dernière, les quatre précédentes ont vu émerger l’Etoile Fréjus Saint-Raphaël (2016-2017), l’US Granville (2015-2016), l’US Concarneau (2014-2015) ou encore l’AS Cannes et l’AS Moulins (2013-2014). Les années 2000 ont d’ailleurs été très prolifiques avec neuf quarts de finale en dix ans pour le football amateur… dont trois clubs de niveau 5 (CFA2).

Quatre clubs de CFA2 en quart de finale !

Le parcours le plus fou est sans aucun doute celui du SO Chambéry en 2010-2011 avec l’élimination de trois clubs de Ligue 1 (AS Monaco, Stade Brestois et FC Sochaux-Montbéliard) avant de tomber face à Angers SCO (0-3) en quart de finale. Ensuite, on trouve l’USJA Carquefou en 2007-2008 qui avait sorti le FC Gueugnon (L2) puis l’AS Nancy-Lorraine et l’Olympique de Marseille (L1).

Puis c’est le SC Schiltigheim en 2002-2003 avec des exploits face à l’ESTAC Troyes (L1), l’AS Beauvais-Oise (L2) et le Toulouse FC (L2). Les Carquefoliens avaient été éliminés par le Paris Saint-Germain (0-1) et les Schilikois par le Stade Rennais (1-2).

L'US Quevilly est un des trois clubs amateurs a avoir atteint les demi-finales.
L’US Quevilly (CFA) est un des trois clubs amateurs a avoir atteint les demi-finales. (Photo Philippe Le Brech)

Guingamp, la chance du tirage au sort !

Parmi les dix-neuf clubs amateurs qui ont participé à un quart de finale, seuls trois ont été plus loin. Il y a donc Calais en 2000 – le seul à avoir joué une finale – mais aussi le FC Montceau-Bourgogne en 2006-2007 et l’US Quevilly en 2009-2010. Le club de Saône-et-Loire avait eu un tirage favorable jusqu’en huitièmes de finale avant de s’offrir les Girondins Bordeaux et le RC Lens, deux clubs de Ligue 1. Les Quevillais avaient éliminé Angers SCO (L2) puis le Stade Rennais et l’US Boulogne (L1).

Cinq des clubs amateurs de niveau 4 (National 2 / CFA) qui ont atteint les quarts de finale de la coupe de France ont ensuite connu le monde professionnel : Clermont Foot 63, FC Bourg-Péronnas, FC Libourne, l’US Boulogne Côte d’Opale et l’US Quevilly (devenue Quevilly-Rouen Métropole). Quant aux clubs pros qui ont la chance de tomber sur le petit poucet en quart de finale, c’est En Avant Guingamp qui se taille la part du lion avec des succès contre Fréjus Saint-Raphaël (1-0 en 2016-2017), Concarneau (1-0 en 2014-2015) et Cannes (2-0 en 2013-2014).

Des rencontres toujours très serrées

Sur les dix-neuf confrontations en quart de finale, les score ont toujours été très serrés. Un seul club pro s’est imposé par trois buts d’écart, Angers SCO contre Chambéry en 2010-2011 (3-0). Et les victoires par deux buts d’écart sont aussi très rares avec Sedan contre l’Olympique Rouen en 1998-99 et Guingamp contre Cannes en 2013-2014 (les deux fois 2-0). Si on excepte les trois qualifications de clubs amateurs, douze confrontations ont été par un but d’écart (six fois 1-0 et 2-1)… l’AS Moulins étant le seul à s’être incliné aux tirs aux buts contre Angers SCO en 2013-2014 (0-0, 2-4).

En conclusion, l’AS Vitré sera le dix-neuvième club amateur à jouer un quart de finale de coupe de France sur les trente dernières saisons. Le pourcentage de qualification est très faible (3 sur 20 confrontations) mais il laisse un part de rêve à Michel Sorin et ses joueurs.


PARTAGER