L'Entente Chirac Le Monastier a été à deux doigts de disparaître cet été.
L'Entente Chirac Le Monastier a été à deux doigts de disparaître cet été. (Photo DR)

Le président de l’Entente sportive Chirac-Le Monastier (Départemental 4) a écrit à Noël Le Graët pour lui expliquer les difficultés rencontrées par son club.

Ancien maire de la commune, Bernard Castan a repris les rênes de l’Entente Sportive Chirac Le Monastier cet été. « Le club était en train de mourir, explique-t-il. Avec des bénévoles, on a réussi à le sauver. Tout le monde s’est retroussé les manches mais ça s’est joué à quelques heures ! » Depuis trois mois plus tard, le président du club lozérien a compris que gérer un club de football amateur était réellement compliqué.

« Quand j’étais à la mairie, je ne me permettais pas de m’immiscer dans la gestion du club, poursuit-il. Je voyais ça de l’extérieur. Aujourd’hui, je découvre tout ça ! » La nouvelle équipe a été élue le 26 juin dernier avec des décisions difficiles à prendre en très peu de temps. « Début juillet, le club était en état de mort cérébrale, on a donc voulu retirer l’inscription en coupe de France, indique Bernard Castan. On a reçu un refus catégorique de la Ligue. »

Sauf que l’aventure coupe de France de l’Entente Sportive Chirac Le Monastier a fait monter la colère. « Au premier tour, on a joué chez nous avec l’intégralité des arbitres à régler. Au deuxième tour, changement de règlement. On a joué à l’extérieur avec la moitié des frais d’arbitrage à payer. On a réussi à se qualifier et on devait recevoir chez nous au troisième tour. »

« Alerter sur les difficultés du football amateur ! »

« La Ligue nous a prévenu cinq jours avant la rencontre que notre terrain n’était pas homologué niveau 5 alors qu’il est magnifique, très bien entretenu, s’insurge-t-il. Heureusement que nos voisins de Marvejols nous ont prêté leur stade mais la recette, que nous avons logiquement partagé avec notre hôte, n’a pas du tout couvert les frais d’organisation. » 

Il n’en fallait pas plus pour que l’ancien maire monte au créneau avec la publication d’une lettre ouverte dans la presse régionale. « J’ai écrit à Noël Le Graët afin de l’alerter sur les difficultés du football amateur, concède Bernard Castan. C’est un cri d’alarme car les petits clubs ont vraiment des soucis. Et on n’a pas l’impression de ne pas être écouté. A l’image de l’augmentation du prix des licences de 23,5 € à 26 € cette saison ! » Pour l’instant, son courrier est resté sans réponse.

Son coup de gueule est donc légitime car avec les bénévoles qui l’entourent – « personne ne touche d’argent au club » – ils ont réussi à sauver l’Entente Sportive Chirac Le Monastier. Le club compte aujourd’hui 110 licenciés avec deux équipes seniors masculines (D4 et D5), une équipe senior féminine ainsi qu’une école de foot… pas mal pour un club qui aurait dû mettre la clé sous la porte il y a quelques semaines.

PARTAGER