AS Maximoise
L'AS Maximoise a un message pour Noël Le Graët. (Photo twitter - Var Matin)

Très remonté contre la Fédération Française de Football, Athos Bandini, président de l’AS Maximoise n’a pas mâché ses mots sur la reprise de la coupe de France qu’il juge « honteuse ».

En coupe de France, l’AS Maximoise (Régional 1, Ligue de Méditerranée) a brillé en éliminant le RC Grasse (N2) et Istres FC (N3), respectivement aux quatrième et cinquième tours. Ce dimanche, ils vont affronter Martigues (N2) dans des conditions non optimales avec un délai de seulement dix jours pour préparer un sixième tour de coupe de France.

« La fédération ne nous a pas concerté. On a demandé le report d’une semaine de cette rencontre. Nous n’avons pas reçu de réponses. Surtout que nous avons appris que la coupe de France continuerait même lors d’un reconfinement éventuel. La coupe de France, elle est belle avant tout pour les petits clubs. La fédération a envie d’éliminer les petits » déplore Athos Bandini, son président.

« En quatre entraînements, il y a eu trois blessés »

Avant d’aller même plus loin. « Des Français meurent du coronavirus, les autres sports amateurs sont à l’arrêt mais la coupe de France reprend à cause d’un caprice du président. Pourquoi ne pas reprendre les championnats dans ce cas là ? » Au départ, le président de ce ce club de R1 était favorable au forfait avant de faire machine arrière.

« Mes joueurs ont envie de jouer ce match. J’ai un groupe exceptionnel.» Le président de l’ASM craint un impact psychologique et physique important pour ses joueurs.« Certains garçons s’entraînent à 6 h 30 et d’autres à 16 h. C’est très compliqué. Les joueurs amateurs travaillent. En quatre entraînements, il y a eu trois blessés. Imaginez-vous un instant. Un joueur qui se lève très tôt pour participer à un entraînement à 6 h 30 n’est même pas certain de pouvoir jouer car il peut être positif au covid-19. C’est une honte. Et tous ses efforts auront été inutiles en cas d’élimination. »

Une banderole contestataire

En colère, Athos Bandini ne comprend pas ce timing et cette reprise si ce n’est pour des questions financières et politiques. « Les élections approchent (13 mars). Cette coupe de France, c’est de la dictature. Si il y a un grave blessé, il faudra qu’ils se responsabilisent.  En début de semaine, une partie des joueurs et du staff posaient devant une banderole destinée au président de la FFF.

« Monsieur le Graët. Comment pouvez-vous laisser jouer des équipes amateurs pour la Coupe de France sans aucun entraînement! Nous pensons que vos propres intérêts (l’argent et vos élections) sont plus importants que les valeurs du sport et que l’intégrité physique des joueurs. »

SHARE