Le club de Saint-Egrève va t-il devoir déposer le bilan ?

Le club isérois de Deux Rochers Football Club a été lourdement condamné devant les Prud’hommes après la saisine de deux ex-entraîneurs.

C’est un cas qui pourrait faire jurisprudence et nuire gravement aux clubs amateurs. Le 25 avril, le club de Deux Rochers FC (Isère) a été condamné par le Tribunal des Prud’hommes de Grenoble contre deux anciens entraîneurs. Ceux-ci avaient en effet saisi la juridiction à la suite de l’éviction de l’un d’entre-eux.

En fin de saison dernière, à la suite d’une descente de l’équipe fanion senior en Départemental 3, les dirigeants isérois décident de changer de technicien. « Il était à la tête de l’équipe depuis quatre ans et on lui a proposé de prendre une autre catégorie, explique le président Jean-François Périnel. Il a refusé et il est parti dans un club voisin pour entraîner les U17. L’autre technicien est parti car il était solidaire. Puis sur les conseils d’un joueur senior de chez nous, ils ont saisi les Prud’hommes. »

En fait, les deux entraîneurs n’avaient pas de contrat de travail. Ils ont donc demandé devant les Prud’hommes « la requalification de la relation de travail en contrat à durée indéterminé ». Ce qui pose un réel problème pour le club. « On les rémunérait avec des chèques emploi associatif (CEA), afin d’être en règle avec l’URSAAF, avec des frais de route en plus, indique le dirigeant du Deux Rochers FC. Or le code du travail ne reconnaît pas les CEA ! Il existe un vrai vide juridique à ce sujet. »

Son club a donc été condamné à verser environ 57 000 euros à ses deux ex-techniciens, avec les charges sociales à régler en sus. « Un des juges nous a dit que les clubs de foot étaient tous hors la loi, qu’il était temps de changer ça, déplore Jean-François Périnel. On va faire appel de la décision mais on aura quand même à payer une certaine somme. »

Cette condamnation est dure à avaler pour ce club cantonal qui possède 500 licenciés. « Les sommes à payer (au total plus de 70 000 € avec les charges sociales) dépassent largement les moyens financiers du club et le bureau étudie toute voie de recours possible pour garantir la poursuite des activités de football dans le canton de Saint-Egrève la prochaine saison. » Mais la jurisprudence va rester et ne va pas servir le sport amateur.

>>> A lire aussi : L’entraîneur « bénévole » du FC Nantes débouté par les Prud’hommes


PARTAGER