A Lombron, le club aurait pu mettre un spectateur tout les 1,50 mètres autour du terrain. (Photo DR)
Bannière stages Louza

Le 20 août, le Préfet de la Sarthe a pris un arrêté de huis-clos concernant les matchs de football, ce qui laisse les clubs pantois sur cette décision.

Le week-end dernier, seize de matchs du tour préliminaire de coupe de France se sont joués dans la Sarthe… à huis-clos. Un arrêté a en effet été pris jeudi dernier par le Préfet, spécialement pour les matchs de football ! Ce qui a créé une forte incompréhension pour les présidents des clubs du département pour des matchs où ils n’attirent pas un public nombreux mais qui leur permettent de faire des recettes utiles pour leurs budgets.

« Le samedi 15 août, on a organisé notre concours de boule avec 300 personnes, indique Emmanuel Jeudon, le président de Lombron, commune de 2 000 habitants à l’Est du Mans. On avait fait remplir un questionnaire à chaque participant. Un sens de circulation avait été mis en place pour la buvette, le tout validé par la Préfecture. »

« On peut aller au zoo mais pas au foot ! »

Sauf que huit jours plus tard, son club aurait dû jouer son match de football, sur le même site, sans aucun spectateur. « J’ai 180 barrières qui font 1,50 mètres de largeur tout autour du terrain, il n’aurait pas été difficile de placer les spectateurs à chaque poteau, avec le masque, regrette le dirigeant lombronnais. Il faudra quand même m’expliquer pourquoi les gens peuvent aller au zoo ou au cinéma mais qu’ils ne peuvent pas venir voir un match de football. »

Lombron Sports n’a finalement pas joué car le Maire de la commune a pris un arrêté municipal pour interdire les installations sportives. « C’était en protestation à l’arrêté préfectoral, précise Emmanuel Jeudon. Mais on n’aurait finalement pas joué car un de nos joueurs a été testé positif au Covid-19 et nous avons dû faire tester tous les joueurs et le staff. » Leur match devrait se jouer ce mercredi soir.

Cinquante kilomètre au Sud-Ouest, Florent Barbier ne comprend pas non plus cet arrêté préfectoral. « Depuis fin juillet, on avait mis en place un protocole très rigoureux, rappelle le président de Malicorne-sur-Sarthe. On a équipé tous nos joueurs d’une gourde personnelle et fait en sorte qu’il n’y ait pas plus de sept personnes dans les vestiaires. C’est donc un peu l’incompréhension. D’ailleurs, on a tellement de public habituellement qu’on aurait pu mettre un spectateur tous les deux mètres ! »

L’arrêté prolongé ce jeudi ?

Si le jeune dirigeant sarthois s’est qualifié pour le premier tour de la coupe de France, celui est très amer. « On a vécu un match plus administratif que sportif, déplore-t-il. Avec le coût de l’engagement et des arbitres, on perd de l’argent. Le peu de spectateurs nous aurait permis d’amortir ce match. Sans compter qu’on perd du lien social. »

A la Ligue des Pays-de-la-Loire, le président Gérard Loison est aussi circonspect. « Ça manque d’harmonie, on pourrait sûrement faire mieux, indique l’élu régional. Je l’ai d’ailleurs vu ce week-end entre un match avec beaucoup de public à Châteaubriant en National 2, samedi soir, et un match de coupe de France à Savigné l’Évêque à huis-clos dimanche. Si ça continue, il risque d’y avoir un problème économique pour les clubs. »

Il reste à savoir si le Préfet va rallonger son arrêté ce jeudi. Si c’est le cas, cela vaudra aussi pour Le Mans FC qui doit recevoir Quevilly-Rouen Métropole vendredi soir en National… mais aussi tous les clubs sarthois qui joueront à domicile au premier tour de coupe de France dimanche prochain.

SHARE