CPB Bréquigny - US Changé
En cas de montée en National 3, le Cercle Paul Bert Bréquigny (en bleu) n'aura aucune chance de retrouver l'US Changé. (Photo Lucien Martin)

Le CFA2 va disparaître en fin de saison afin de laisser sa place au National 3. Avec douze groupes au lieu de huit et la régionalisation du premier niveau fédéral, seuls les quatorzièmes seront assurés de rétrogradation.

Lorsque la réforme des championnats fédéraux a été dévoilée, nombre de techniciens se sont posés des questions : Il y aura-t-il des descentes en championnat régional ? Si oui combien ? Car pour compenser la hausse du nombre de groupes, de huit à douze, il faudra 56 clubs supplémentaires en National 3 lors de la saison 2017-2018. La FFF a tranché en imposant aux Ligues le modèle suivant. Les quatorzièmes de chaque groupe actuel de CFA2 seront automatiquement relégués. Puis les douzièmes et treizièmes pourront être repêchés si besoin avant de faire monter les clubs de Division d’Honneur.

Si pour certaines Ligues, qui possèdent déjà un nombre important de clubs en CFA2, cela ne devrait pas engranger beaucoup de montées, ce n’est pas le cas pour la Bretagne et les Pays de la Loire (Atlantique et Maine). Mais les simulations sont complètement différentes pour ces deux Ligues de l’Ouest. Tous les clubs bretons (huit) sont dans le même groupe de CFA2 alors que ceux des Pays de la Loire (neuf) se retrouvent éparpillés dans trois groupes (Angers, Changé, Laval, La Flèche, Sablé et Vertou dans le A, Le Mans dans le B, La Roche et Les Herbiers dans le H).

Le Nationale 3, « tout simplement une Super DH ! »

Seul le dernier de chaque groupe va donc descendre… on peut donc imaginer que les Bretons perdent deux clubs avec une montée en CFA et une descente en DH. Ce qui donnerait ainsi entre six et huit accessions dans le futur groupe de Nationale 3. Pour les Ligues Atlantique et Maine, le calcul est plus complexe. Si deux clubs montent en CFA et trois descendent en DH, le maximum qui peuvent quitter le CFA2 à l’issue de la saison, cela ferait dix clubs à accéder au National 3… soit cinq par Ligue. Ce sont donc entre cinq (si aucune montée ni descente) et dix clubs qui iraient en Nationale 3 en provenance des DH Atlantique et Maine.

« On ne va plus jouer qu’en vase clos avec des clubs de notre Ligue alors que c’est intéressant de se frotter aux Bretons ou aux clubs du Centre Ouest, regrette Stéphane Dabet, le président de l’USSA Vertou. J’ai aussi peur que ça dévalorise ce championnat de Nationale 3 au niveau sportif. » Le dirigeant vertavien n’a pas tout à fait tort puisque le cas extrême amènerait le cinquième de chacune des DH à accéder au niveau fédéral. « La Nationale 3 sera tout simplement une super DH » glisse un technicien du Grand Ouest, dubitatif. Il est peut être trop tôt pour donner un premier jugement… rendez-vous deux ans !

PARTAGER