« Certains de mes joueurs devraient être interdits de foot ! »

A Sangatte, la rencontre entre l'US Blériot Plage et Boulogne Aiglon n'a pas été à son terme.
A Sangatte, la rencontre entre l'US Blériot Plage et Boulogne Aiglon n'a pas été à son terme. (Capture d'écran Google)

Après l’arrêt de la rencontre de Régional 4 à Blériot Plage, l’entraîneur de Boulogne Aiglon s’en est pris à ses joueurs de manière virulente.

C’est un match arrêté après une bagarre comme il y en (malheureusement) de nombreux chaque week-end. Mais comme le rapporte La Voix du Nord, la curiosité de cette affaire est la réaction de l’entraîneur du club de Boulogne Aiglon, qui n’a pas été tendre avec ses joueurs. « J’en ai marre, je vais en prendre plein la tête mais j’affirme que certains de mes joueurs devraient être interdits de football, a confié Jean-Loup Etienne au quotidien nordiste. La boxe, c’est sur un ring. J’ai 51 ans, j’ai autre chose à faire le dimanche après-midi que de défendre des gens qui n’en valent pas la peine, je ne cautionne pas leurs actes. »

Que s’est-il passé ce dimanche à Sangate lors du match entre l’US Blériot Plage et Boulogne Aiglon ? « Mon joueur est au sol, blessé au genou, il se relève puis est plaqué au sol par un autre joueur de l’Aiglon, policier, qui dit l’avoir bloqué par sécurité, mais qui donnait l’impression de l’étrangler » s’est indigné Pascal Robillard, le président de Blériot, dans La Voix du Nord. Dans les mêmes colonnes, il a même dénoncer un adversaire qui n’est « pas venu pour jouer au foot et dont la mauvaise réputation n’est plus à faire ». Le match a donc été arrêté à l’heure de jeu alors que les locaux menaient largement au score (4-1).

« Dans le Nord où le foot est devenu un combat perpétuel ! »

Le dossier va désormais être traité par la commission de discipline de la Ligue des Hauts-de-France. Mais le coup de gueule de Jean-Loup Etienne n’est pas anodin et il montre un vrai malaise. « On n’aurait pas dû en arriver là, l’arbitre a eu peur mais il aurait pu expulser trois de mes joueurs avant la mi-temps et le match se serait arrêté là. Je suis désolé pour le club de Blériot. » Pour autant, l’ancien gardien de l’US Boulogne ne souhaite pas non plus qu’on stigmatise son club.

« On essaie de reconstruire le club ainsi que son image, a-t-il déclaré à Nord Littoral. On veut bien accepter nos fautes mais pas non plus qu’on nous mette tout sur le dos. » Le club de quartier est connu pour avoir formé Franck Ribéry, et qui organise un grand tournoi de jeune qui porte le nom de l’international français chaque année, mais aussi pour avoir déclenché une enquête de la brigade financière il y a deux ans. Le club boulonnais devrait être fixé rapidement sur son sort.

SHARE