Billet d’humeur. La Coupe de France, entre incompréhension et espoir

Photo DR
Bannière stages Louza

Vice président-délégué du District de Dordogne-Périgord, Jonathan Blondy nous donne son ressenti sur la reprise de la coupe de France. Un billet d’humeur entre espoir et incompréhension.


Depuis plusieurs jours, le monde du football amateur a été pris de court par l’annonce de la fédération française de football, d’un accord trouvé avec le Ministère des sports, pour la reprise de la voie « amateur » de la coupe de France.

En quelques mots, le football amateur va reprendre du service, mais uniquement les équipes encore engagées afin de jouer le 6ème tour de la coupe de France le week- end des 30 et 31 janvier 2021. Mon sentiment au moment de cette annonce est partagé.

L’incompréhension

En effet je m’interroge sur le timing de cette annonce. Autoriser (ou plutôt obliger) la tenue du 6ème tour dans à peine 10 jours est problématique pour la santé des joueurs compte tenu de l’arrêt des compétitions depuis fin octobre et de l’interdiction de séance collective avec contact. Dans un premier temps espéré, les autorités publiques ont fermé la porte à une dérogation du couvre-feu pour les joueurs afin de s’entrainer après 18h.

En tout état de cause, le sport amateur n’a pas la considération qu’il mérite : Quand les joueurs vont- ils s’entrainer ? Comment préparent-t-ils un match avec 10 jours de préparation, sans pouvoir s’entrainer le soir ? N’oublions pas que les joueurs sont des amateurs, et ont donc un emploi, qu’ils travaillent la journée. Les séances sont donc à prévoir le matin à 6h30 comme à Limens (R3) où j’ai pu assister à la séance ce jeudi matin, et le week-end.

La coupe de France, celle de tous les possibles, devient la coupe des inégalités, entre les joueurs amateurs pouvant reprendre mais pas vraiment, et les autres, non engagés en coupe de France, donc mis sur le bas-côté. Mon regret est grand également sur l’absence de communication et de concertation avec le monde amateur.

Le football amateur, aussi petit qu’il soit, est le moteur de nos territoires, de nos communes, mais également la richesse que vient piocher (à juste titre) le football professionnel pour alimenter les grands centres de formation. Le tissu associatif qui en découle est aujourd’hui en grande difficulté, et ce type de décision, non préparée avec les élus d’en bas, grandit un peu plus le fossé existant entre le football d’en haut et le football amateur, pourtant demandeur de cohésion.

Mon incompréhension est comme un cri du cœur d’un amateur, passionné, qui ne comprend pas que l’on ne puisse ne pas prendre en compte le football amateur et tout ce que cela représente. Le football n’est pas qu’un sport, il apporte bien plus à ses licenciés : Des valeurs familiales, de solidarité, un lien social, éducatif, et associatif, permettant de développer l’être humain.

L’espoir

Infime et léger, mais j’ai de l’espoir. L’espoir que ce 6ème tour prouve que le sport amateur est bien structuré et qu’il peut permettre à des personnes de pratiquer leur passion, sans pour autant banaliser les gestes barrières. L’espoir que le sport amateur prouve qu’il peut être sérieux, appliqué, et qu’il n’est pas obligatoire de l’associer à la propagation du Covid.

L’espoir que la compétition aille au bout pour permettre à la FFF de redonner via les droits TV des fonds pour le football amateur qui en a tant besoin pour survivre. Enfin, l’espoir que cette reprise partielle, permette de redonner un peu de sourire et d’émotion à des passionnés de football qui ne demandent qu’à pratiquer en toute liberté, sur un rectangle vert, leur passion.

Malgré les doutes qui entourent ma pensée au moment où j’écris cet article, j’en n’oublie pas ma fonction. Je ferai en sorte d’apporter mon soutien aux clubs engagés en coupe de France, mais également à l’ensemble des clubs dans cette période difficile pour tous.

Enfin, il est primordial de porter la voix du football amateur auprès des instances, en apportant des solutions constructives, des idées, afin de faire grandir chacun au sein de cette grande famille. Peut-être rêveur, mais je souhaite que les districts, les ligues et la fédération œuvre ensemble.

SHARE