Nouveau billet d’humeur de notre ami Jean Neymar sur la reprise et la nécessité de créer une âme d’équipe. A lire sans modération !

Et voilà ! Après les pros, les clubs nationaux et de ligues, les équipes de district vont retrouver les terrains pour la sacro-sainte préparation physique. Le moment que tout footballeur attend, enfin pour ceux qui se sont entretenus pendant l’été. Pour les autres, ce moment rime souvent avec écœurement, essoufflement, et même parfois vomissement. Pourtant le programme est alléchant : gainage, muscu, fractionné, footings, diagonales, medecine-ball, vitesse, pliométrie, etc etc… j’en ai des crampes juste en l’écrivant ! Bien sûr aujourd’hui la dimension physique est primordiale pour être performant toute une saison et pouvoir prétendre à de grandes ambitions dans son championnat. Mais ne négligeons nous pas le réel objectif de cette période qui est de construire un groupe.

En effet, c’est souvent à cette période que le coach va définir les règles de vie du groupe, que ce même groupe va instaurer un régime d’amendes pour la saison afin de se faire un resto, un barbec voire même un week-end  complet  (pour les plus indisciplinés) en fin de saison. Mais passons, nous n’en sommes pas là car le foot reprend juste ! On entend régulièrement les coachs dire qu’il ne faut surtout pas zapper cette phase pour éviter les blessures. Entièrement d’accord, qu’il faut absolument dépasser ses limites pour en tirer les bénéfices quand les matchs se joueront au mental, entièrement d’accord. Mais un joueur peut être affûté, gainé, musculeux, adroit… mais s’il n’a pas trouvé sa place dans le groupe, son mental ne sera pas en harmonie avec son corps. Et un esprit contrarié donnera des muscles contrariés et attention blessures en approche !

« Une bande de potes », phrase devenue tout aussi bateau que « prendre les matchs les uns après les autres », voilà une des grandes clés de la réussite d’une équipe. On a tous connus des montées avec un effectif moyen à la base mais avec une solidité de groupe exceptionnelle, comme on a tous connu des relégations avec des noms clinquants sur le papier mais au final une somme d’individualités mise bout à bout…

L’esprit contrôlera toujours le corps

Qu’il est bon de se sentir fort en équipe sur un terrain, de sentir que le groupe ne fait qu’un dans son déplacement en bloc, que chacun a compris son intérêt personnel dans le collectif, de voir du monde avec des sourires à l’entraînement, de partager des bières lors de troisièmes mi-temps interminables… Oui, il est bon de sentir épanoui dans un groupe, car à la fin de notre petite carrière on ne se rappellera pas du nombre de petits ponts ou d’actions solos qu’on a faits, mais plutôt les bons moments et les fous rires d’un groupe dans un vestiaire !

Vous comprendrez donc, même si cet avis n’appartient qu’à moi, que les clubs sont dans une période charnière : sculpter les organismes sans atteindre le moral et en conservant une bonne humeur de travail tout en bâtissant les fondations de ce qu’on pourra, plus tard dans la saison appeler « l’âme de l’équipe ». A tous nos coachs de la saison à venir, je pense que le Mondial a mis en exergue ce que l’on appelle la vie de groupe, j’en veux pour exemple nos Bleus et le management de Didier Deschamps !

Alors messieurs les coachs à vous de jouer, rappelez  vous que l’esprit contrôlera toujours le corps et qu’un esprit qui souffre, c’est un corps qui souffrira… Les neurosciences le prouvent… Bonne saison à tous, qu’elle soit douce, belle et agréable… Et n’oubliez jamais, il s’agit d’un jeu et jouer pour un enfant c’est s’amuser… Nous ne  sommes que des grands enfants en fait !

PARTAGER